Annexions, mobilisation... Poutine choisit l'escalade

Crise Ukraine - Russie : Biden dénonce le "début d'une invasion" et dévoile une série de sanctions contre la Russie

La rédaction de TF1info
Publié le 22 février 2022 à 22h05, mis à jour le 23 février 2022 à 19h21
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Le président américain a qualifié mardi de "début d'invasion" l'ordre par Vladimir Poutine de déployer des troupes russes dans deux zones séparatistes d'Ukraine.
Il a dévoilé une série de sanctions financières en guise de riposte.

Après une première réaction prudente quelques heures après le discours de Vladimir Poutine lundi, Washington hausse le ton. "C'est le début d'une invasion", a dénoncé ce mardi le président américain Joe Biden dans une adresse à la nation depuis la Maison Blanche. En annonçant que les régions ukrainiennes dont la Russie a reconnu l'indépendance vont plus loin que les zones actuellement contrôlées par les séparatistes, le président russe Vladimir Poutine "est en train d'élaborer des justifications pour aller beaucoup plus loin", a-t-il averti.

Vastes sanctions sur la dette souveraine russe

"Si la Russie poursuit cette invasion, nous sommes prêts à aller beaucoup plus loin dans nos sanctions", a-t-il poursuivi, insistant sur le fait que "la Russie payera un prix très fort si elle poursuit ses actions" et dévoilant une "première tranche" de sanctions. 

"Nous mettons en place de vastes sanctions sur la dette souveraine russe. Cela signifie que nous coupons le gouvernement russe du financement occidental", a-t-il tout d'abord indiqué. La Russie, par conséquent, "ne peut plus lever d'argent à l'ouest et ne peut plus négocier sa nouvelle dette sur nos marchés ni sur les marchés européens", a-t-il précisé. Cette mesure pourrait peser sur la valeur du rouble, et renchérir le coût pour les consommateurs russes des produits importés.

Le secteur financier et les élites également visés

Le secteur financier est également visé : "nous mettons en place des sanctions de blocage total contre deux grandes institutions financières russes, VEB (la banque publique de développement Vnesheconombank, NDLR) et leur banque militaire", a-t-il dit sans plus de précisions. Par ailleurs, "à partir de demain, et dans les jours à venir, nous imposerons également des sanctions aux élites russes et aux membres de leur famille. Ils partagent les gains corrompus des politiques du Kremlin".

Enfin, le locataire de la Maison Blanche a assuré avoir "travaillé avec l'Allemagne pour (s')assurer que Nord Stream 2 n'avancera pas, comme je l'ai promis". L'Allemagne a en effet annoncé mardi la suspension du projet de gazoduc Nord Stream 2 reliant les deux pays, et qui n'avait pas encore été mis en service. 

Lire aussi

Il n'a cependant pas mentionné certaines mesures qui étaient attendues, comme des contrôles sur les exportations ou une exclusion de la Russie du système international Swift, essentiel pour les échanges bancaires internationaux. 

"J'ai autorisé le redéploiement de forces américaines déjà positionnées en Europe pour renforcer nos alliés baltes, l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie", a précisé le chef de l'exécutif, tout en rappelant que les États-Unis n’abandonnaient pas l'espoir de trouver une issue diplomatique.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info