Ukraine : une guerre qui dure

Un centre commercial bombardé, Zelensky s'adresse aux dirigeants du G7... Le point sur la situation en Ukraine

Julien Vattaire (avec AFP)
Publié le 28 juin 2022 à 5h59, mis à jour le 28 juin 2022 à 8h57
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Dix-huit personnes sont mortes après un bombardement russe sur un centre commercial en Ukraine.
La guerre en Ukraine s'est retrouvée au cœur des échanges au G7 en Allemagne.
Les faits marquants de ces 24 dernières heures.

Au 124ᵉ jour de l'invasion russe en Ukraine, les bombardements russes ne sont plus uniquement focalisés dans le Donbass. Des civils ont été mortellement touchés alors qu'ils se trouvaient dans le centre du pays, à Krementchouk, dans un centre commercial ou encore à Kharkiv, ce lundi 27 juin. En parallèle, le marathon diplomatique se poursuit pour les alliés de l'Ukraine. Après être intervenu au G7, Volodymyr Zelensky doit également participer à distance au sommet de l'Otan à Madrid, qui débute ce mardi. 

Un centre commercial visé par un bombardement russe

Bombardement russe. À Krementchouk, dans le centre du pays, une frappe russe sur un centre commercial a entraîné la mort de 18 personnes. 59 autres sont blessées, dont 25 sont hospitalisées, d'après Sergiy Kruk, le chef des services de secours ukrainiens. Les secours se concentrent principalement sur le "sauvetage, l'enlèvement des débris et l'extinction des incendies", selon lui. Il a ajouté que "tous les groupes d'intervention travaillent en mode intense" et que "les travaux se poursuivront 24 heures sur 24."

Réaction ukrainienne. Il s'agit de "l'un des actes terroristes les plus éhontés de l'histoire européenne", a déclaré le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, à propos du bombardement. Il a dénoncé une frappe touchant "une ville paisible, un centre commercial ordinaire, avec à l'intérieur des femmes, des enfants, des civils ordinaires".

Réaction du G7. Les dirigeants du G7 ont qualifié ce lundi de "crime guerre" et d'attaque "abominable" la frappe de missiles russes contre un centre commercial à Krementchouk. "Les attaques indiscriminées contre des civils innocents constituent un crime de guerre", ont déclaré les dirigeants, réunis en sommet dans le sud de l'Allemagne, dans une déclaration qui "condamne solennellement l'attaque abominable" et assure que Vladimir Poutine devra "rendre des comptes."

Réaction d'E.Macron. "Le bombardement d’un centre commercial à Krementchouk par la Russie est une horreur absolue. Nous partageons la douleur des familles des victimes. Et la colère devant une telle ignominie. Le peuple russe doit voir la vérité", a écrit sur Twitter Emmanuel Macron, avec une vidéo à l'appui de l'impressionnant incendie.  

Des civils à nouveau visés

Frappe dans le Donbass. Les autorités ukrainiennes ont annoncé une autre frappe russe meurtrière contre des civils, à Lyssytchansk, une poche de résistance ukrainienne stratégique dans le bassin du Donbass. Au moins huit civils ukrainiens ont été tués et 21 autres blessés lundi pendant qu'"ils collectaient de l'eau à partir d'une citerne", a annoncé le gouverneur régional. Les tirs ont été effectués à partir de "lance-roquettes multiples Ouragan". 

Tirs à Kharkiv. De nouvelles frappes russes sur la grande ville de Kharkiv, dans le nord-est de l'Ukraine, ont fait lundi soir cinq morts et 22 blessés, dont cinq enfants, ont affirmé les autorités locales.

Onu. Face aux derniers bombardements russes contre des cibles civiles en Ukraine, une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'Onu est prévue mardi à 19h, a précisé la présidence albanaise de la plus haute instance onusienne.

Lire aussi

Au G7. Dans une allocution par visioconférence, Volodymyr Zelensky s'est adressé aux dirigeants du G7, ce lundi. Il leur a indiqué que ce n'était "pas le moment de la négociation" avec Moscou, selon des propos rapportés par la présidence française. Les pays du G7 (Allemagne, États-Unis, France, Canada, Italie, Japon, Royaume-Uni) lui ont promis en retour de continuer de soutenir l'Ukraine "aussi longtemps qu'il le faudra".

Sanctions. Les dirigeants du G7 ont annoncé leur volonté de continuer d'"accroître la pression sur (Vladimir) Poutine", a assuré le chancelier allemand, Olaf Scholz, à travers notamment une nouvelle salve de sanctions ciblant l'économie russe. L'objectif pourrait être de resserrer l'étau sur Moscou en visant tout particulièrement l'industrie de défense russe, a dit un haut responsable de la Maison Blanche. Ils entendent ainsi développer un "mécanisme pour plafonner au niveau mondial le prix du pétrole russe". Finalement, le G7 va également "se coordonner pour utiliser les droits de douane sur les produits russes afin d'aider l'Ukraine", selon la même source.

Soutiens logistiques.  La France va envoyer "dans des quantités significatives" des véhicules blindés de transport de troupes en Ukraine, a annoncé lundi soir le ministre français des Armées, Sébastien Lecornu, au Parisien. De plus, les États-Unis envisagent désormais de fournir à l'Ukraine un système sophistiqué de missiles sol-air de "moyenne et longue portées".


Julien Vattaire (avec AFP)

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info