Verif'

Un entrepôt humanitaire des Nations unies à Gaza a-t-il été détruit par des frappes israéliennes ?

Publié le 17 octobre 2023 à 19h37

Source : TF1 Info

Une vidéo relayée en ligne montre un bâtiment en ruine, touché par une frappe dans la bande de Gaza.
Cette séquence est accompagnée de messages expliquant qu'il s'agit d'un entrepôt humanitaire des Nations unies.
Contactée par TF1info, l'organisation internationale se montre prudente avec ces images, mais confirme que l'un de ses bâtiments a bien été touché.

Alors que les frappes israéliennes sur Gaza s'intensifient, la population sur place évoque une "situation catastrophique" au sein de l'enclave palestinienne. Dans ce contexte, alors que des images de destructions affluent sur les réseaux sociaux en marge des ripostes de l'État hébreu, une séquence très relayée sur le réseau social X montre un bâtiment en ruine. Si la vidéo d'une trentaine de secondes rencontre un écho massif, c'est parce qu'il s'agirait d'un entrepôt humanitaire de l'UNRWA, l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient.

Un bâtiment touché, confirment les Nations unies

Que ce soit sur son site ou ses réseaux sociaux, l'UNRWA n'a pour l'heure pas communiqué autour de bombardements qui auraient touché ses installations. Afin d'authentifier les informations circulant en ligne, Les Vérificateurs ont contacté une représentante de l'organisation. "L'UNRWA a reçu des informations selon lesquelles l'un de ses entrepôts aurait été attaqué", nous indique-t-elle. Néanmoins, "en raison de la situation sur le terrain", l'office "n'est pas en mesure de confirmer en détail" les éléments relatifs aux frappes. Cela signifie par exemple que la vidéo relayée sur X est considérée avec prudence. Aucune confirmation ne nous est ainsi fournie quant à la véracité des images mises en ligne ou à la concordance entre les édifices filmés dans cette séquence et ceux qui ont été décrits comme touchés par des frappes.

Les seuls éléments qu'il est possible de relayer avec assurance sont les suivants :  le bâtiment de l'UNRWA qui a subi de "sérieux dommages" était un entrepôt situé dans la bande de Gaza, un lieu "où étaient stockées des ressources alimentaires" destinées aux populations civiles les plus démunies. Les frappes aériennes qui ont visé ces infrastructures sont condamnées par l'organisation. Elle rappelle ainsi à TF1info que "conformément au droit de la guerre, les installations des Nations Unies doivent être protégées à tout moment" et "ne pas être attaquées".

L'UNRWA, sur son site, explique qu'elle s'occupe de huit camps de réfugiés palestiniens répartis à travers la bande de Gaza. Au total, elle compte "300 installations à travers l’enclave côtière assiégée", qui lui permettent de fournir "des services d’éducation, de santé et de santé mentale", mais aussi "des services de secours et sociaux, du microcrédit et une aide d’urgence aux réfugiés palestiniens enregistrés". Depuis le début des frappes sur Gaza décidées en réponse à l'attaque du Hamas du 7 octobre, l'agence pour les réfugiés de Palestine dit avoir perdu au moins 15 personnels à Gaza. 

Imbroglio autour d'un vols des réserves alimentaires

Au cours des derniers jours, un autre incident a été rapporté concernant l'un des entrepôts de l'UNRWA. Dans une série de messages postés sur X, l'organisation rapportait que des vols carburant et de matériel médical avaient été déplorés dans ses locaux. Des actes imputés au Hamas, par l'intermédiaire de camions portant le sigle du ministère palestinien de la Santé. 

Ces informations, partagées par des canaux officiels, ont toutefois été rapidement supprimées des réseaux sociaux, laissant place à un communiqué à la teneur très différente. "L'UNRWA souhaite confirmer qu'aucun pillage n'a eu lieu dans aucun de ses entrepôts dans la bande de Gaza", peut-on lire. "Les images circulant sur les réseaux sociaux montraient un mouvement de fournitures médicales de base" depuis des locaux des Nations unies et à destination des "partenaires" mobilisés dans le domaine de la santé. Dans le même temps, la presse israélienne assurait que des sources onusiennes confirmaient en aparté les vols.

Ce revirement soudain, avec une version des faits totalement différente de celle évoquée dans un premier temps, a provoqué un vent de colère côté israélien. L'État hébreu, qui voit dans l'UNRWA une structure complaisante – voire complice – avec le Hamas, a ainsi réagi par un message cinglant. "Avez-vous peur de décevoir vos amis terroristes ?", a interrogé sur un ton sarcastique le ministère des Affaires étrangères israélien, mettant sans détour en doute la véracité de cette "clarification".

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Thomas DESZPOT

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info