Un hibou sème la terreur dans une ville des Pays-Bas

Le service METRONEWS
Publié le 26 février 2015 à 9h44
Un hibou sème la terreur dans une ville des Pays-Bas

PEUR SUR LA VILLE – Il multiplie les attaques et rien ne semble l'arrêter. Un hibou Grand-Duc terrifie les habitants d'une commune des Pays-Bas. Obligés de se protéger avec casques et parapluies la nuit tombée.

Il sème la terreur. Et personne n'est encore parvenu à l'arrêter. Un hibou Grand-duc terrorise les habitants de Purmerend, une commune de 80 000 âmes de l'ouest des Pays-Bas. Sur les trois dernières semaines, une douzaine de personnes ont été attaquées par l'animal, visiblement très en colère. Certains ont même dû être emmenés à l'hôpital, sévèrement blessés par le rapace, qui peut mesurer jusqu'à 1,80 mètre d'envergure.

Le dernier assaut remonte à mardi soir. Deux membres d'un club d'athlétisme ont été agressés alors qu'ils couraient sur la piste du stade. Un des deux sportifs a eu besoin de points de suture pour quelques unes de ses six plaies à la tête. Par mesure de précaution, le club a annulé tous les entraînements jusqu'à nouvel ordre.

Un centre pour handicapés ciblé

La bête s'en prend même à des personnes vulnérables. Les virées du Grand-Duc se sont récemment concentrées sur les résidents et employés d'un centre pour handicapés, devenus sa cible privilégiée. Ils ont subi au moins une quinzaine d'attaques. "Pendant la journée, il n'y a pas de problème, mais la nuit, nous ne nous aventurons dehors qu'armés de parapluies, casques et chapeaux", selon la porte-parole de l'établissement. "Le problème, c'est que l'on n'entend pas le hibou avant qu'il frappe, et ses serres sont aiguisées comme des rasoirs", a-t-elle ajouté.

À LIRE AUSSI >> Une publicité fait danser des bébés chouettes

La municipalité tente de rassurer ses concitoyens et souhaiterait neutraliser la bête. Mais le hibou Grand-Duc étant une espèce protégée, un permis spécial est nécessaire pour capturer un spécimen. Pour les spécialistes animaliers, ce comportement est anormal. "Soit le hibou a été élevé en captivité puis relâché et il associe maintenant les humains à la nourriture, ce qui impliquerait qu'il n'a pas l'intention d'attaquer les gens, a expliqué un responsable de la Fondation néerlandaise OWN pour la protection des hiboux. Ou alors, il peut avoir un niveau d'hormones élevé vu que la saison de reproduction débute, et du coup, il défend son territoire". Si sa capture devra se faire dans les règles, l'étau se resserre sur le rapace.

À LIRE AUSSI >> Remi Gaillard : une chouette arrêtée par la police>> "L'instant meugnon" - Une chouette se marre comme une baleine


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info