Un homosexuel palestinien retrouvé décapité en Cisjordanie

M.G avec AFP
Publié le 7 octobre 2022 à 21h44
Un homosexuel palestinien retrouvé décapité en Cisjordanie

Source : Photo by Ian Taylor on Unsplash

Un homosexuel palestinien a été retrouvé décapité en Cisjordanie occupée, a alerté vendredi une organisation israélienne de défense des droits LGBT+.
Selon l'ONG, l'individu a été tué en raison de son orientation sexuelle.
De son côté, la police palestinienne confirme l'existence de ce crime, mais en conteste le motif.

Une découverte sinistre. Al-Bait al-Mokhtalef, une organisation israélienne de défense des droits LGBT+, a signalé vendredi la décapitation d'un jeune Palestinien. La police locale a confirmé que la victime de 25 ans avait été retrouvée décapitée mercredi à Hébron, une ville du sud de la Cisjordanie dont il était originaire. Aucun motif n'a été avancé par les autorités. Dans un communiqué, les proches du jeune homme ont indiqué qu'il avait été tué "alors qu'il rendait visite à sa famille à Hébron". Toutefois, eux non plus n'ont pas donné plus de précisions sur les circonstances de son décès. 

L'homosexualité, le mobile de ce crime ?

De son côté, Rita Petrenko, directrice de al-Bait al-Mokhtalef, a affirmé que l'homme décapité avait contacté l'association en avril 2021 après avoir fui la Cisjordanie où il craignait d'être persécuté. Depuis, selon elle, il vivait dans des refuges associatifs en Israël. "Il n'avait pas contacté" sa famille depuis et préparait une demande d'asile pour le Canada, a-t-elle déclaré à l'AFP. Quelques heures avant son décès, il se trouvait à Tel-Aviv et n'avait pas l'intention de se rendre à Hébron, a-t-elle poursuivi, se demandant comment il avait pu se retrouver ensuite dans cette ville. "Je pense qu'il a été tué en raison de son orientation sexuelle", a-t-elle estimé. Rami Fahel, directeur de l'association arabe israélienne Alwan de défense de la communauté LGBT+, a également indiqué l'avoir rencontré à plusieurs reprises, dont au moins une fois à Tel-Aviv.

La police, elle, conteste l'homosexualité de la victime. Plusieurs sources de sécurité palestiniennes ont assuré que le meurtre était lié à un trafic de drogue, et qu'un membre de sa famille avait été arrêté. 

Autre élément alimentant le flou autour de cette affaire, la famille du jeune homme prétend qu'il habitait en Jordanie.

Lire aussi

L'homosexualité reste un sujet largement tabou dans la société palestinienne. D'après des ONG de défense des droits humains, Israël a accordé des permis de séjour à quelques personnes de la communauté LGBT+ craignant d'être persécutées dans les Territoires palestiniens. Contacté par l'AFP, le Cogat, l'organe israélien chargé des opérations civiles dans les Territoires palestiniens, n'a pas indiqué s'il avait accordé un permis de séjour à la victime de ce crime. 


M.G avec AFP

Tout
TF1 Info