Une conservatrice à la tête du Parlement européen : le groupe macroniste assume son soutien à Roberta Metsola

La rédaction de LCI
Publié le 18 janvier 2022 à 18h33
Une conservatrice à la tête du Parlement européen : le groupe macroniste assume son soutien à Roberta Metsola

Source : PATRICK HERTZOG / AFP

EUROPE - La conservatrice maltaise Roberta Metsola a été élue mardi présidente du Parlement européen. Malgré son opposition à l'avortement, les macronistes - qui font partie de la colation Renew - ont décidé de lui apporter leur soutien.

Une conservatrice à la tête du Parlement européen ? LaREM assume. Quelques heures après l'élection de la maltaise Roberta Metsola, laquelle a obtenu la majorité absolue dès le premier tour du scrutin en dépit de son opposition à l'avortement qui a suscité de nombreuses critiques, le groupe Renew Europe (centristes et libéraux) a assumé son vote.

"Roberta Metsola est compétente, très progressiste sur énormément de sujet (droits LGBT, asile et Etat de droit). Elle est clairement à gauche de la droite, sauf sur un point : l'avortement", a assuré auprès de LCI une source au sein du groupe macroniste.

"Au mieux une exagération, au pire un grossier mensonge"

Et les membres de la majorité présidentielle d'ajouter : "Malte est le seul pays d'Europe ou l'avortement est interdit. Et tous les partis politiques maltais sont pour le statu quo. Elle n'a jamais milité contre ce droit dans les autres pays. L'argument de 'militante anti-IVG' est au mieux une exagération, au pire un grossier mensonge."

Si Renew a apporté son soutien à Roberta Metsola, cela ne s'est pas fait sans contreparties. Deux conditions ont en effet été posées : "Qu'elle défende la position publiquement du Parlement qui est pro-IVG (…) et qu'elle s'engage à soutenir le Pacte Simone Veil, une initiative de Renew qui vise à introduire dans chaque pays la législation la plus progressiste pour les femmes, dont les droits sexuels et reproductifs." "Nous avons été rassurés", a fait savoir à LCI le groupe macroniste.

Clément Beaune "gêné par le symbole de son élection"

Si elle défend à titre personnel l'interdiction de l'avortement, Roberta Metsola a exprimé, dès sa première prise de parole après l'annonce des résultats, son intention d'"aller plus loin pour plus d'égalité homme-femme, pour garantir et défendre les droits des femmes, tous nos droits". Les convictions de cette mère de quatre enfants lui ont valu les critiques de certains de ses collègues eurodéputés. Le secrétaire d'État français en charge des questions européenne, Clément Beaune, s'est lui-même dit "gêné par le symbole de son élection", mardi sur France Info. 

Consciente des réserves qu'elle a suscitées sur cette question, elle assurait avant le vote que son devoir serait "de représenter la position du Parlement", y compris sur les droits sexuels et reproductifs.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info