Aux États-Unis, des milliers de participants au festival Burning Man sont encore bloqués, ce lundi, par la boue dans le désert du Nevada.
En ligne, une rumeur s'est propagée selon laquelle une épidémie d'Ebola se serait propagée sur le site.
Il s'agit d'une fake news, rapidement démentie.

Organisé aux États-Unis depuis 1986, le festival Burning Man est généralement frappé par de fortes chaleurs et des tempêtes de sable. Organisé dans le désert du Nevada, il a pourtant été touché cette année par des pluies violentes, qui ont piégé les festivaliers et fait un mort. Alors que des milliers de véhicules restent paralysés, des rumeurs se sont propagées, assurant qu'une épidémie d'Ebola s'était déclaré sur le site du festival. Une affirmation totalement fausse.

Une fausse publication des autorités de santé

Alors que la situation devenait critique sur le site de Burning Man en raison des pluies qui ont touché le Nevada, des internautes ont lancé une rumeur selon laquelle une épidémie d'Ebola s'était déclarée. Un message posté sur X (ex-Twitter), a par exemple prétendu que les autorités de santé avaient confirmé l'information, avant de retirer leur publication sur les réseaux sociaux. Une fausse capture d'écran a alors été ajoutée pour faire croire à cette version des faits.

Capture écran X

Dans le même temps, des personnes assurant se trouver sur les lieux ont relayé des "rumeurs" inventées de toutes pièces au sujet de problèmes de santé rencontrés par les festivaliers. "Les rumeurs sur le terrain ici disent qu'il y a une sorte de virus en liberté à Burning Man qui provoque des furoncles/vomissements/hémorragies. Apparemment, c'est pour cela qu'ils ne laissent pas entrer les gens. Je ne sais pas si c'est vrai. J'ai été en camping-car toute la journée", glisse un utilisateur de X prétendument dans le Nevada.

Sans tarder, une théorie du complot a émergé : la fermeture du site n'aurait pas été décidée en raison des conditions météorologiques, mais à cause des risques de diffusion du virus. Dans le même temps, le fait qu'un décès ait été rapporté lors de cette édition 2023 est vu comme une preuve, alors même que les cause de la mort de ce participant n'ont pas été communiquées par les autorités. Tout juste sait-on pour l'heure que les intempéries ne sont pas en cause.

Sollicités par les médias américains, les organisateurs du festival ont démenti formellement toute épidémie d'Ebola sur place. "Je peux confirmer que l'entrée de l'événement a été fermée pour l'année en raison de pluies inhabituelles qui ont provoqué des conditions boueuses où il y a eu un arrêt complet des véhicules, et non en raison d'une épidémie d'Ebola", ont-ils indiqué. Un médecin a expliqué en marge de ces événements que les festivaliers n'avaient pas à redouter le virus Ebola. En revanche, il a mis en garde contre les risques d'hypothermie, de maux d'estomac et de maladies d'origine alimentaire si les conditions météo très dégradées venaient à perdurer.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Thomas DESZPOT

Tout
TF1 Info