Guerre en Ukraine : un séisme pour l'économie mondiale

Une personne meurt de la faim toutes les quatre secondes dans le monde, selon plus de 200 ONG

M.L (avec AFP)
Publié le 20 septembre 2022 à 17h59
JT Perso

Source : Le 9h/12h

Dans une lettre ouverte, 238 organisations interpellent les dirigeants internationaux sur la situation préoccupante de la faim dans le monde.
Quelque "345 millions de personnes dans le monde souffrent de faim aiguë", signalent-elles.
En 2006, Action contre la Faim déplorait déjà un mort toutes les quatre secondes à cause de la sous-nutrition.

Loin d'être éradiqué, le fléau de la sous-nutrition s'aggrave dans le monde : une personne meurt actuellement de faim toutes les quatre secondes, selon les estimations les plus sévères de plus de deux cents ONG, qui demandent aux dirigeants mondiaux réunis à New York "d'agir pour stopper la crise mondiale de la faim".

"Les organisations venant de 75 pays ont signé une lettre ouverte pour exprimer leur indignation face à l'explosion du nombre de personnes souffrant de la faim et pour faire des recommandations, alors que 345 millions de personnes dans le monde souffrent de faim aiguë, un nombre qui a plus que doublé depuis 2019", soulignent ces 238 organisations dans un communiqué.

"Le monde s'éloigne de son objectif d'éliminer la faim, l'insécurité alimentaire et la malnutrition sous toutes ses formes d'ici 2030", signalait déjà en juillet dernier l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). Il y a près de 20 ans, en 2006, l'association Action contre la Faim affirmait déjà qu'une personne mourrait de la faim toutes les quatre secondes dans le monde. 

"Il est inadmissible qu'aujourd'hui, nous parlions encore de la famine au XXIe siècle"

Cette lettre ouverte est publiée à l'occasion du début de la réunion annuelle de l'Assemblée générale de l'ONU, où un grand nombre de dirigeants politique mais aussi de représentants de la société civile se retrouvent pendant une semaine, pour ce qui est considéré comme le plus important rassemblement diplomatique du monde.

"De la Somalie à Haïti, du Sud-Soudan au Yémen, de l'Afghanistan au Nigeria, les vies des personnes vivant dans les contextes les plus fragiles sont dévastées par une crise alimentaire mondiale, favorisée par un mélange mortel de conflits, de changement climatique, de hausse des coûts et de crises économiques, exacerbée par le Covid-19 et le conflit en Ukraine", déplorent les associations dans leur lettre ouverte.

Lire aussi

"Il est inadmissible qu'avec toute la technologie agricole (...) aujourd'hui, nous parlions encore de la famine au XXIe siècle", s'est indigné Mohanna Ahmed Ali Eljabaly de la Yemen Family Care Association, l'un des signataires de la lettre. Selon les associations, 50 millions de personnes sont au bord de la famine. Et d'ajouter : "il ne s'agit pas d'un pays ou d'un continent, et la faim n'a jamais une seule cause. Il s'agit de l'injustice de l'humanité tout entière".

Les signataires de la lettre ouverte ont détaillé leur méthode de calcul dans une note de bas de page. Ils s'appuient sur les chiffres du dernier rapport en septembre du Réseau mondial sur les crises alimentaires, créé en 2016 par la FAO, le Programme alimentaire mondial (PAM), l'Union européenne et des ONG.


M.L (avec AFP)

Tout
TF1 Info