Variole du singe : la crainte d'une nouvelle épidémie

Variole du singe : en Chine, "tout contact peau à peau avec des étrangers" déconseillé

La rédaction de TF1info
Publié le 19 septembre 2022 à 14h40
JT Perso

Source : JT 13h WE

La Chine a officialisé son premier cas de variole du singe, vendredi 16 septembre.
Un haut représentant des services de santé chinois a recommandé à la population d'éviter tout "contact direct peau à peau avec des étrangers".
Cette consigne, publiée sur le réseau social Weibo, a suscité un début de polémique, obligeant son auteur à la modifier.

Une recommandation qui fait tiquer. Après l'apparition du premier cas de variole du singe, vendredi 16 septembre, chez une personne récemment entrée en Chine et depuis placée en quarantaine, les autorités chinoises serrent la vis. Une figure locale de la lutte contre le Covid a recommandé à la population d'éviter tout "contact direct peau à peau avec des étrangers". 

"Pour prévenir toute infection à la variole du singe", Wu Zunyou, un haut représentant des services de chanté chinois, a formulé plusieurs consignes. "N'ayez pas de contact direct peau à peau avec des étrangers", a écrit sur Weibo le chef épidémiologiste au Centre chinois pour le contrôle et la prévention des maladies. Il a aussi appelé la population à éviter ce genre de contact avec des personnes ayant été à l'étranger lors des trois semaines précédentes, ainsi qu'avec des "inconnus".

Un message modifié pour contrer la polémique

Dans son message sur le réseau social, Wu Zunyou a assuré que la stricte politique anti-Covid appliquée par la Chine, avec un contrôle aux frontières et une quarantaine obligatoire à l'arrivée, a permis d'éviter jusqu'à présent l'expansion de la variole du singe sur le territoire, mettant en garde contre le risque de laisser de potentiels cas "passer à travers le filet".

Lire aussi

Sa publication a été largement partagée pendant le week-end, mais la section des commentaires, sur la publication originale, a été désactivée. Des internautes ont ainsi crié à la "discrimination", tandis que d'autres soulignaient que de nombreux travailleurs étrangers résidant en Chine n'ont pu quitter le pays depuis le début des restrictions anti-Covid.

Vraisemblablement pour contrer le début d'une polémique, le message original de Wu Zunyou sur Weibo a depuis été modifié. La publication ne cible désormais uniquement "les étrangers qui sont venus récemment (dans les trois semaines) de zones touchées par la variole du singe à l'étranger et qui pourraient être infectés par la variole du singe".


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info