L'île de Lampedusa, qui peut normalement accueillir 400 migrants, a connu un afflux de 8500 personnes en quelques jours.
Les garde-frontières font le tri entre ceux qui sont éligibles à la demande d'asile et ceux qui peuvent être expulsés.

Des centaines de personnes sont bloquées à Lampedusa, et attendent leur tour pour être enregistrées par les autorités. L'île italienne, qui peut normalement accueillir 400 exilés, en a vu arriver environ 8500 cette semaine. "On a eu plus de 6000 personnes dans le centre. On n’avait pas le temps de faire toutes les procédures d’enregistrement", témoigne Francesca Basile, de la Croix-Rouge italienne.

Frontex, plus de 2000 agents qui contrôlent les migrants

L'agence européenne des garde-frontières et garde-côtes, Frontex, est chargée de faire le tri entre les migrants qui sont éligibles à la demande d’asile, et les migrants économiques qui peuvent être expulsés. "Ça, c'est la carte d’enregistrement qu’ils m’ont donnée, puis ils ont pris mes empreintes", montre l'une de ces personnes à TF1. "Moi je veux juste partir d’ici, j’irai là où l’Europe veut bien de moi."

Et l'Union européenne investit largement sur Frontex : de 86 millions d'euros en 2012, son budget annuel est passé à 845 millions en 2023. Cela représente plus de 2000 agents à temps plein. En juillet, le Parlement européen a adopté une résolution pour renforcer les moyens de Frontex en ce qui concerne les opérations de sauvetage sur la Méditerranée.

L'UE tente par ailleurs, depuis plusieurs années, d'externaliser les contrôles des exilés. Pour cela, elle a passé des accords avec des pays de départ. Elle a ainsi financé des postes-frontière au Sénégal et en Libye. Entre 2015 et 2021, plus de 5 milliards d'euros ont été investis dans cette politique.

Ce samedi, une conférence téléphonique a réuni les ministres de l'Intérieur français, italien et allemand, un représentant de la présidence espagnole du Conseil de l'Union européenne et la commissaire de l'UE aux Affaires intérieures Ylva Johansson, pour trouver des solutions aux tensions migratoires. Gérald Darmanin doit se rendre à Lampedusa "dans les prochains jours".


JB Baptiste GUENAIS, Hélène BONNET

Tout
TF1 Info