Iran : la révolte du voile

Abolition de la police des mœurs : le régime iranien a-t-il vraiment cédé face aux protestations ?

TF1 | Reportage Olivier Santicchi, Sofiane Cherifi, Sophie Vignon
Publié le 5 décembre 2022 à 11h45
JT Perso

Source : JT 13h WE

En Iran, le pouvoir a décidé de dissoudre la police des mœurs.
C'est elle qui était à l'origine de l'arrestation de la jeune femme dont la mort est à l'origine de la protestation.
Mais peut-on dire pour autant que le régime des mollah a cédé à la pression de la rue ?

L'image date de 2018, mais montre la police des mœurs à l’œuvre en Iran. Une patrouille de policières en tchador noir brutalise une passante aux cheveux jugés un peu trop visibles. Port du voile, en cours de ré-examen par le Parlement, abolition de la police des mœurs, voilà donc justement les deux mesures annoncées samedi soir, sans plus de précision, par le procureur général.

La communication est importante, elle semble marquer un début de recul des autorités. Mais elle laisse méfiant les protestataires et activistes habitués à la brutalité. Depuis deux mois et demi, de 300 à près de 450 morts, selon les sources et des milliers d'arrestations. Cette semaine, Mehran Samak, 27 ans, a été enterré après avoir été tué par la police. Comme de nombreux Iraniens, depuis sa voiture, il avait manifesté sa joie de l'élimination de l’équipe nationale de la Coupe de monde de football en signe de défi. Car la rébellion a très vite dépassé la question du voile islamique.

Lire aussi

Même dans le sud-est du pays, pourtant très conservateur, la population descend dans la rue avec des slogans anti-régime de plus en plus radicaux. Les célébrités ne sont pas épargnées par la répression. Dernière en date : une coach sportive détenue un mois, tout juste libérée avec un énorme hématome sur le visage.


TF1 | Reportage Olivier Santicchi, Sofiane Cherifi, Sophie Vignon

Tout
TF1 Info