VIDÉO - Marée humaine ce vendredi à Alger contre un 5e mandat d'Abdelaziz Bouteflika

Publié le 8 mars 2019 à 22h24

Source : Sujet JT LCI

ALGÉRIE - De très nombreux Algériens ont défilé dans plusieurs villes du pays, pour le troisième vendredi consécutif, exigeant du président Bouteflika qu'il renonce à un cinquième mandat. Des images impressionnantes de la mobilisation à Alger ont essaimé sur les réseaux sociaux.

Une marée humaine. Ce vendredi 8 mars, pour la troisième semaine consécutive, de très nombreux Algériens sont descendus dans les rues du centre-ville d'Alger afin de demander à nouveau au président Abdelaziz Bouteflika de renoncer à un cinquième mandat. La veille, le chef d'Etat de 82 ans, hospitalisé à Genève, n'a pas cédé à la demande populaire et mis en garde contre des risques de "chaos". 

A Alger, la mobilisation a été très largement supérieure à celles des deux précédents vendredi, pourtant déjà impressionnantes, a constaté l'AFP. Mais elle est difficile à chiffrer, les autorités ne donnant aucune évaluation du nombre de protestataires. Les places et principales rues du centre d'Alger étaient noires de monde durant des heures et le cortège peinait à avancer en raison de la foule.

Partout dans le pays

La capitale n'est pas la seule ville concernée. A Oran et Constantine, respectivement deuxième et troisième villes du pays, la mobilisation a été également très importante. Des manifestations de grande ampleur ont aussi été signalées dans de nombreuses villes à travers le pays, rapportent des sources sécuritaires, des médias algériens et les réseaux sociaux.

Les rassemblements ont coïncidé avec la célébration du 8 mars, Journée internationale des droits des Femmes, et un grand nombre d'entre elles figuraient parmi les manifestants de tous âges qui ont défilé dans le calme, aux cris de "Pouvoir, assassin", ou "Pas de 5e mandat, eh Bouteflika!".

Aucun incident notable

En fin d'après-midi, la police a fait usage de gaz lacrymogènes et de grenades assourdissantes pour disperser des manifestants qui tentaient de forcer un cordon de police bloquant l'accès à une artère remontant vers la présidence de la République, selon un journaliste de l'AFP. Le cortège s'est dispersé calmement. Quelques heurts ont opposé, comme les deux semaines passées à la fin de la manifestation, de petits groupes de jeunes aux policiers bloquant cette artère.

Aucun autre incident notable n'a été signalé et la manifestation s'est déroulée dans une ambiance festive, en présence de nombreuses familles avec enfants, en l'absence de policiers pourtant initialement présents en force, mais qui se sont retirés face au nombre des marcheurs.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info