Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Covid-19 : Fin de l'isolement des cas positifs, tests payants... Boris Johnson veut tourner la page

V. F, avec AFP
Publié le 21 février 2022 à 19h42, mis à jour le 23 février 2022 à 18h26
JT Perso

Source : TF1 Info

Après deux ans de pandémie, Boris Johnson a décidé de lever les dernières mesures contre le Covid-19.
Le Premier ministre britannique a notamment annoncé la fin de l'isolement obligatoire pour les cas positifs.
Une mesure pourtant sévèrement critiquée par certains experts.

Vivre avec le Covid-19 comme avec la "grippe". Tel est le nouveau leitmotiv de Boris Johnson qui a décidé d'accélérer et de lever les dernières mesures encore en place en Angleterre après deux ans de pandémie. "Nous avons désormais des niveaux d'immunité suffisants pour passer de la protection des personnes au moyen d'interventions gouvernementales à (une approche fondée sur) les vaccins et traitements comme première ligne de défense", a déclaré ce lundi 21 février le chef de gouvernement conservateur devant le Parlement.

Le Royaume-Uni, parmi les pays les plus durement touchés par la pandémie avec plus de 160.000 morts, a été parmi les premiers en Europe à essayer de revenir à la vie d'avant la pandémie, s'appuyant sur une forte couverture vaccinale. "Les restrictions ont un coût important pour notre économie, notre société, notre bien-être mental et les opportunités de nos enfants, et nous ne devons plus payer ce prix plus longtemps encore", a-t-il ajouté, citant le succès de la campagne de vaccination et la capacité à "réagir rapidement en cas d'émergence d'un nouveau variant". 

Les dernières restrictions sautent

Pour aller dans ce sens, le Premier ministre britannique a annoncé la fin de l'isolement obligatoire pour les cas positifs au coronavirus dès jeudi en Angleterre. Il restera toutefois recommandé, jusqu'au 1er avril, de rester chez soi en cas de test positif, date à laquelle le dépistage gratuit sera supprimé sauf pour les personnes âgées ou vulnérables en raison de son important coût financier. "Après cela, nous encouragerons les gens ayant des symptômes du Covid-19 d'exercer leur responsabilité personnelle, tout comme nous encourageons ceux qui ont peut-être la grippe de faire attention aux autres", a insisté Boris Johnson. 

Une quatrième dose "au printemps" pour les plus vulnérables

Dès le pic de la vague Omicron passé en janvier, le dirigeant avait déjà levé l'essentiel des restrictions en vigueur en Angleterre, comme le masque en intérieur et le pass sanitaire pour les discothèques et les événements de masse. Signe des tensions entourant ces dernières étapes, le Conseil des ministres prévu dans la matinée pour valider ce plan a été décalé à l'après-midi, par téléphone, selon les médias en raison de désaccords sur la fin du dépistage gratuit. 

Le nombre de cas a fortement baissé au Royaume-Uni, mais reste autour de 40.000 par jour, dont dimanche la reine Elizabeth II, qui selon le palais de Buckingham, ne souffre toutefois que de symptômes "légers". Parallèlement à ce relâchement, le gouvernement entend poursuivre sa campagne vaccinale, avec l'administration "au printemps" d'une nouvelle dose d'un vaccin anti-Covid aux personnes de plus de 75 ans et aux plus vulnérables. 

Lire aussi

Si ces annonces ont été saluées depuis les bancs de la majorité conservatrice, elles sont sévèrement critiquées par certains experts. Selon Robert West, psychologue à University College London et membre du conseil scientifique du gouvernement interrogé sur Times Radio, la levée de toutes les restrictions se traduira par une augmentation des cas, des hospitalisations et des décès. L'envoyé de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l'Europe, David Nabarro, a fait part de son inquiétude que le pays "choisisse une ligne qui va à l'encontre du consensus de santé publique", qui créerait "un effet domino dans le monde".

En matière de santé, les décisions du gouvernement à Londres sont limitées à l'Angleterre. Les trois autres nations - Écosse, Pays de Galles et Irlande du Nord -, compétentes en matière sanitaire, ont souvent adopté une approche plus prudente.


V. F, avec AFP

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info