Le WE

Attaque au mortier : un militaire français tué au Mali

Publié le 23 janvier 2022 à 20h00, mis à jour le 24 janvier 2022 à 9h26
JT Perso

Source : JT 20h WE

Il est le 53e soldat français tué au Sahel depuis 2013. Samedi 22 janvier, au Mali, le brigadier Alexandre Martin a été touché par un tir de mortier. La base de Gao a subi une attaque particulièrement nourrie.

C’est la base militaire la plus stratégique de l’opération Barkhane. Le plus grand camp français situé au nord de Mali, à Gao. Très bien protégé, en théorie. Pourtant, samedi en fin d’après-midi, des terroristes l’ont attaqué en tirant une dizaine d’obus de mortiers sur plusieurs positions. Dix militaires français ont été blessés dont un grièvement. C’est le brigadier Alexandre Martin. Il a été immédiatement pris en charge par le poste médical sur place. Mais quelques heures plus tard, il succombe à ses blessures. Il avait 24 ans, il appartenait à ce régiment d’artillerie de Hyères (Var), endeuillé actuellement.

Dès l’assaut des djihadistes, samedi, les militaires français ont lancé des hélicoptères d’attaque pour neutraliser les terroristes. Car cette fois-ci, les assaillants se sont trouvés à seulement cinq kilomètres du camp. Comme pour montrer leur pouvoir de harcèlement. Au Sahel, les groupes islamistes se sont multipliés ces dernières années. Et ce, malgré les opérations anti-djihadistes ciblées des forces spéciales françaises.

L’attaque de ce samedi 22 janvier survient alors même que la France réorganise son dispositif dans la région sur fond de sentiment anti-français, comme l’avoue le porte-parole des armées. Autrement dit, rester au Sahel, mais dans quelles conditions ou se retirer ? L’opération Barkhane est, en ce moment, au cœur d’enjeu politique majeur.

T F1 | Reportage L. Boudoul


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info