Avec le concours de pays alliés, Israël a "déjoué" l'attaque iranienne contre son territoire en interceptant "99% des tirs" de drones et missiles.
"La France a apporté une contribution importante", a annoncé, dimanche 14 avril, le porte-parole de l'armée israélienne, Daniel Hagari.
Selon nos informations, l'aide a été fournie indirectement après le survol par des drones iraniens de certaines emprises françaises.

"Nous avons intercepté 99% des tirs vers Israël." En riposte à une frappe meurtrière sur son consulat à Damas en Syrie, le 1ᵉʳ avril, l'Iran a mené, dans la nuit du samedi 13 au dimanche 14 avril, une attaque sans précédent de "drones et de missiles". "Plus de 300" projectiles ont été lancés en direction de l'État hébreu, qui a pu "déjouer" cette opération, "en étroite collaboration" avec les États-Unis, le Royaume-Uni et la France.

"La France a apporté une importante contribution", a indiqué devant la presse étrangère le porte-parole de l'armée israélienne, Daniel Hagari, ajoutant qu'ils avaient "agi ce (samedi) soir", selon des propos rapportés par Le Monde. "La France dispose d'une très bonne technologie, d'avions, de radars - et je sais qu'ils ont contribué à patrouiller l'espace aérien", a-t-il expliqué, d'après l'agence Reuters.

Selon nos informations, des drones iraniens ont survolé certaines emprises militaires françaises aux Émirats arabes unis, en Jordanie et en Irak. Dès lors, des moyens militaires ont été engagés pour neutraliser ces engins volant au-dessus des emprises concernées. Non communiqué, le nombre de drones abattus tient sur les doigts d'une main. Par ailleurs, il n'y a eu aucun survol du territoire israélien par des avions français, mais en neutralisant des drones iraniens, la France a aidé indirectement Israël à se protéger.

"Très peu de dégâts ont été causés"

"Avec les États-Unis et d'autres partenaires, nous avons réussi à défendre le territoire de l'État d'Israël", a confirmé le ministre israélien de la Défense, Yoav Gallant, tandis que la Jordanie, pays voisin d'Israël, a dit avoir intercepté "des engins volants" ayant pénétré dans son espace aérien. "Très peu de dégâts ont été causés, c'est le résultat des opérations remarquables des forces de défense israéliennes." 

Aucun drone ni missile "n'a pénétré le territoire d'Israël" tandis que, sur les 110 missiles balistiques lancés, seuls quelques-uns "sont entrés et tombés" sur le sol israélien, touchant "légèrement la base de Nevatim", a annoncé le porte-parole de Tsahal, Daniel Hagari, lors d'une allocution télévisée. "La base est toujours en activité et les pistes sont utilisées pour des atterrissages et des décollages."

Selon lui, 170 drones sur les 300 projectiles lancés par l'Iran ont été interceptés sans atteindre l'État hébreu. "C'est là que le Commandement militaire américain pour le Moyen-Orient (Centcom) a fait un énorme effort", a-t-il commenté lors de sa prise de parole. "Sur les 30 missiles de croisière iraniens lancés, aucun n'est entré dans l'espace aérien israélien", a ajouté l'amiral israélien, "25 d'entre eux ont été mis à terre par des actions israéliennes, en dehors de l'espace aérien."


Yohan ROBLIN

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info