VIDÉO - Attaque iranienne contre Israël : y a-t-il un risque d'embrasement du Proche-Orient ?

par La rédaction de TF1info | Vidéo : David de Araujo, Léa Deschateaux, Guillaume Aguerre, Sarah Boumghar
Publié le 14 avril 2024 à 14h41

Source : TF1 Info

L'Iran a mené une attaque frontale inédite contre Israël.
Si Téhéran affirme que son opération est "terminée", tous les yeux sont tournés vers Benyamin Nétanyahou.
Une réplique de grande ampleur est redoutée par l'ensemble de ses alliés, qui craignent un embrasement généralisé de la région.

Depuis l'offensive massive venue d'Iran dans la nuit de samedi à dimanche, la question est sur toutes les lèvres : y a-t-il un risque d'embrasement ? Si Téhéran a affirmé que son opération avait "atteint ses objectifs", le Premier ministre israélien décidera-t-il d'une réplique militaire à l'attaque ? Tous les alliés occidentaux d'Israël conjurent Israël d'éviter une escalade, qui pourrait mettre le feu à la région.

Pourquoi une telle attaque ?

La tension monte depuis le bombardement, le 1ᵉʳ avril dernier, d'une annexe de l'ambassade iranienne à Damas, en Syrie. Téhéran accuse Israël d'être l'auteur de ce raid meurtrier, qui a tué seize personnes, dont plusieurs très hauts gradés des Gardiens de la révolution. Israël n'a ni confirmé, ni démenti, mais l'Iran n'a pas caché sa volonté de riposter à cette opération. 

L'offensive de la nuit dernière est le paroxysme de la tension entre les deux puissances régionales, opposées depuis l'arrivée au pouvoir des mollahs en 1979, et ravivées depuis le début de la guerre à Gaza. Israël reproche à Téhéran de soutenir ses principaux ennemis, comme le Hamas, au pouvoir à Gaza et responsable du raid meurtrier du 7 octobre. 

Vers un embrasement ?

L'Iran compte plusieurs alliés au Moyen-Orient : la Syrie, l'Irak, mais aussi le Hezbollah au Liban, les Houthis au Yémen. Des groupes armés soutenus par Téhéran, et qui ont eux aussi visé des positions israéliennes la nuit dernière. L'état-major iranien a annoncé avoir atteint "tous ses objectifs" au cours de l'offensive, et affirme ne pas avoir l'intention de la poursuivre. Pourtant, selon Tsahal, 99% des drones et missiles auraient été neutralisés par son système anti-aérien "Dôme de fer".

"A priori, personne n'a intérêt à une guerre généralisée, ni Israël, ni l'Iran, ni même toute la communauté internationale", explique Grégory Philipps, le rédacteur en chef du service International de LCI. "L'Iran a répliqué, en disant 'l'affaire est close', et la raison voudrait qu'on en reste là", estime-t-il en appuyant sur le mot "raison".

Quel est le rôle des États-Unis ?

Le président Joe Biden a écourté son weekend dans le Delaware pour revenir d'urgence à la Maison-Blanche. S'il a réaffirmé son soutien à Benyamin Nétanyahou, et que les États-Unis ont joué un rôle opérationnel dans la défense d'Israël la nuit dernière, il a d'ores et déjà précisé que son pays ne participerait pas à une offensive militaire contre l'Iran, de peur d'attiser un conflit régional à grande échelle. 


La rédaction de TF1info | Vidéo : David de Araujo, Léa Deschateaux, Guillaume Aguerre, Sarah Boumghar

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info