Les condamnations de la Biélorussie par l'ONU et l'Union européenne commencent à porter leurs fruits. Ce vendredi matin, Ankara a annoncé qu'elle empêcherait les passagers syriens et irakiens de monter à bord des avions.

Couper les approvisionnements en gaz russe, qui transite par la Biélorussie vers l'Ouest. C'est le nouveau moyen trouvé par l'homme fort du régime, Alexandre Loukachenko. Plus d'un an après sa réélection frauduleuse à la présidence, suivie d'une protestation populaire, il reste furieux des sanctions prises par l'Union européenne.

Depuis des mois, l'autocrate tolère, et même organise le transport de milliers de migrants venus d'Irak, du Yémen ou de Syrie. Selon de nombreux témoignages, ses forces de sécurité leur délivrent de nombreux visas biélorusses. Puis les acheminent par camion jusqu'à la frontière avec la Pologne.

Elles les poussent à entrer illégalement dans l'espace Schengen, parfois en les menaçant d'armes à feu ou en les battant. Comme dans une vidéo fournie par les autorités polonaises. Les militaires de Biélorussie ne dissuadent aucune des tentatives d'intrusion de migrants, de plus en plus désespérés compte tenu des conditions de vie dans la forêt.

Face à ce que l'ONU qualifie d'instrumentalisation orchestrée d'êtres humains, l'Europe cherche la parade. En intervenant auprès de la Turquie, elle vient d'obtenir l'arrêt des embarquements de voyageurs irakiens, syriens et yéménites. La suite du reportage dans la vidéo ci-dessus.

TF1 | Reportage O. Santicchi


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info