VIDÉO - Bousculade mortelle en Corée du Sud : une veillée aux chandelles entre tristesse et colère

F.S.
Publié le 5 novembre 2022 à 15h42
Cette vidéo n'est plus disponible

Source : TF1 Info

Des dizaines de milliers de personnes se sont réunies samedi à travers la Corée du Sud.
Une foule venue rendre hommage aux 156 victimes de l'écrasement qui a eu lieu à Séoul la semaine dernière.
Entre tristesse et sidération, les manifestants ont aussi livré de cinglantes critiques contre le gouvernement.

Cela fait une semaine que le pays est en deuil. Alors, à mesure que la tristesse se dissipe, c'est la colère qui se fait de plus en plus forte. Une semaine après la dramatique bousculade qui a fait 156 victimes à Séoul, en Corée du Sud, de nombreuses veillées aux chandelles ont été organisées ce samedi 5 novembre à traverse le pays. L'occasion pour la population de se réunir, mais aussi de faire entendre leurs reproches.

La Corée du Sud endeuillée veut des sanctions

À Itaewon, ce quartier où a eu lieu le drame, une marée de chrysanthèmes blancs, de flammes vacillantes et de pancartes noires a mis les rues en deuil. En plus de ces dons traditionnels, des proches affligés ont aussi déposé des chocolats, de la bière ou encore des boissons alcoolisées locales en mémoire de cette jeunesse qui était venue faire la fête pour Halloween. Au milieu des bougies, des pancartes étaient également visibles. Et elles n'affichaient ni message d'amour, ni adieu. Mais un appel à la démission du président Yoon Suk-yeol. 

Car pour de nombreux Coréens, la catastrophe était déjà annoncée. Et aurait pu être évitée. Face aux 100.000 personnes venues dans le quartier de Itaewon pour fêter Halloween, les autorités policières admettent ne pas avoir déployé un nombre suffisant d'agents. Sauf que les excuses des forces de l'ordre ont un goût de trop peu pour les habitants. Beaucoup reprochent aux autorités de ne pas avoir protégé la jeunesse, l'opposition allant jusqu'à pointer du doigt la responsabilité du président, qui bataille contre un taux de popularité au plus bas depuis son arrivée au pouvoir en mai. 

Image de la colère de la population, la presse se fait l'écho du comportement de cette femme, vue en train de déchiqueter les couronnes de fleurs déposées vendredi sur un mémorial par le président et le maire de Séoul. "À quoi bon puisqu'ils n'ont pas pu les protéger ?" s'est exclamée celle qui est présentée comme la mère d'une des victimes de la bousculade. "Au début, je me sentais triste. Mais maintenant, je suis en colère", a quant à elle témoigné une étudiante au micro de la BBC. "Je suis ici parce que cet incident aurait pu être évité. Ces gens avaient presque mon âge", a regretté la jeune femme de 22 ans.

Bousculade meurtrière : le récit des événementsSource : JT 13h WE

Certains veulent désormais voir le gouvernement tomber. À l'instar des groupes militants et politiques, qui ont organisé pas moins de sept rassemblements à travers la capitale. L'un des instigateurs d'un cortège de jeunes Coréens, qui a réuni 500 personnes selon les organisateurs, a même admis auprès de l'AFP que son but était d'exiger des sanctions contre les responsables et des mesures pour éviter que le drame ne se reproduise. Sur les pancartes d'un autre rassemblement, on pouvait lire : "Se retirer est l'expression de ses condoléances."


F.S.

Tout
TF1 Info