Au Brésil, des lieux de pouvoir ont été envahis et saccagés dans la capitale, Brasilia, ce dimanche.
Les militants sont des partisans de l'ancien président Jair Bolsonaro.
Des scènes de chaos qui rappellent l'assaut du Capitole aux États-Unis, il y a deux ans.

La Cour suprême brésilienne a été saccagée, ses sièges piétinés et ses bureaux vandalisés. Tout comme le palais présidentiel et le Congrès, pris d'assaut par des manifestants. Dimanche après-midi, des milliers de personnes envahissent les trois lieux du pouvoir brésilien sur une même place, des partisans de l'ancien président d'extrême droite, Jair Bolsonaro, qui contestent l'élection du président Lula. Selon eux, les résultats auraient été truqués.

Comment les assaillants ont-ils pu entrer ?

Comment ont-ils pu s'introduire si facilement dans les bâtiments officiels ? À leur arrivée, ils forcent le barrage de police. Une image de policiers se prenant en photo pendant l'assaut interroge : ont-ils laissé faire ? Une autre unité de police, arrivée en renfort, repousse les manifestants par des tirs de gaz lacrymogène au sol et depuis des hélicoptères.

Les assaillants s'organisaient depuis plusieurs semaines sur les réseaux sociaux. Plus de 300 personnes ont été arrêtées selon le gouvernement fédéral, "des vandales fascistes" selon les mots du président Lula. Jair Bolsonaro, en Floride depuis la veille de l'investiture du nouveau président, se défend quant à lui d'avoir encouragé ces violences.


TF1 | Reportage Sophie Chevallereau, Noélie Clerc, Jérôme Garro

Tout
TF1 Info