Aux États-Unis, l'homme qui a tué de sang-froid dix-huit personnes dans le Maine mercredi 25 octobre, est toujours activement recherché.
Armé d’un fusil semi-automatique, ce dernier s’en est pris aux clients d’un bowling puis d’un bar.
Priés de rester confinés chez eux, les habitants se disent aussi choqués qu'inquiets.

Une immense chasse à l'homme a été lancée. La police américaine recherchait toujours activement vendredi l'homme suspecté d'avoir tué 18 personnes dans un bowling et un bar de Lewiston, dans l'Etat du Maine. Tant que l'auteur présumé de la pire fusillade de l'année aux Etats-Unis est en fuite, les habitants de nombreuses localités sont appelés à rester confinés. C'est notamment le cas à Lewiston, transformée en ville fantôme. 

"C'est très perturbant de savoir qu'il est toujours dans le coin", témoigne dans le reportage en tête de cet article une mère de famille. "Ils étaient en train de le chercher près de la rivière avec les hélicoptères mais cette rivière elle est juste là", poursuit-elle, avant de lire à haute voix un message tout juste reçu sur son téléphone. "Trois de nos amis sont morts au bowling : voici ce que vient de m'envoyer ma belle-mère", explique celle dont la priorité est de veiller au bien-être de ses enfants dans ce contexte. "Pour être honnête, j'ai un peu peur, je ne sais pas trop à quoi m'attendre, j'attends de voir ce qu'il se passe aux infos", confie son fils, à ses côtés.

"C'est choquant"

Une autre habitante de Lewiston décrit la même atmosphère pesante. "C'est choquant, normalement ici c'est un quartier sûr", se désole-t-elle au moment où des hélicoptères quadrillent le quartier.  Avec le renfort de l'armée, des patrouilles s'activent dans toutes les rues de la ville dont toutes les écoles ont été fermées jusqu'à nouvel ordre. 

Il était un peu moins de 19 heures mercredi quand une première fusillade a éclaté dans une salle de bowling. Peu de temps après, une seconde a eu lieu dans un bar-restaurant, situé six kilomètres plus loin.

Le tireur dont le profil inquiète les autorités, a été identifié comme Robert Card, 40 ans. Si son mobile reste inconnu, ce dernier souffre de troubles mentaux et a récemment été interné en hôpital psychiatrique. Selon la télévision CNN, citant des sources des forces de l'ordre, Card est un réserviste de l'armée, instructeur certifié en armes à feu. Sur une photo publiée par la police, il apparaît fusil semi-automatique à la main, prêt à tirer. Considéré comme toujours armé et dangereux, le suspect pourrait utiliser notamment les nombreuses forêts très boisées de cet état pour se cacher.


La rédaction de TF1 Reportage - Axel Monnier et Alexandra Poupon

Tout
TF1 Info