Le 20h

Colombie : à la découverte de l’épave du San José, le trésor des Caraïbes

Léa Tintillier | Reportage TF1 Joséphine Devambez, Sofiane Cherifi
Publié le 8 juin 2022 à 20h30
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Un incroyable trésor de plusieurs milliards d’euros se cache dans les eaux colombiennes.
L’épave du San José contient 200 tonnes d’or, d’argent et d’émeraudes, ainsi que d’autres objets de grande valeur.
Découvrez les images inédites de cette épave dans notre reportage.

Sur les images inédites de l’épave San José, que vous pouvez voir dans notre reportage du 20H en tête de cet article, on découvre l’ampleur du trésor au tréfonds des eaux colombiennes. 200 tonnes d’or, d’argent, des émeraudes, mais aussi des porcelaines chinoises du XVIIIᵉ siècle, intactes.

En tout, ce trésor représente trois milliards d’euros de butin, au cours actuel des pierres précieuses, et jusqu’à 17 milliards si l’on tient compte de leur valeur historique. 

On aperçoit aussi des canons gravés de dauphins, qui permettent d’identifier le galion espagnol San José. Coulé le 7 juin 1708 par quatre navires anglais, alors qu’il rejoignait Carthagène, il git toujours à 950 mètres dans les eaux territoriales colombiennes. 

Plusieurs millions d’euros pour remonter et traiter les objets

Des profondeurs inatteignables par l’homme. Alors, grâce à un robot téléguidé, la marine colombienne en fait très médiatiquement l’inventaire. "Nous avons trouvé beaucoup de nouveaux objets que nous n’avions pas identifiés lors de notre première fouille en 2016", affirme José Joaquin Amezquita, amiral de la marine nationale colombienne. 

Lire aussi

Parce que depuis sa découverte en 2015, l’État colombien revendique la propriété du trésor. Tout comme l’Espagne, commanditaire du navire et la Bolivie d’où proviennent les pierres précieuses. Mais avant de statuer, le trésor doit être remonté à la surface et désalinisé, ce qui va prendre plusieurs mois. "Si ces objets ne sont pas traités lors de la sortie de leur milieu naturel qui est l’eau de mer, ils vont totalement imploser et être réduits à néant et perdre toutes leurs données archéologiques", explique Jean Soulat, archéologue pour le laboratoire Landarc, dans le reportage du 20H de TF1 en tête de cet article. 

Ces travaux coûteraient plusieurs millions d’euros. L’idée de déléguer les recherches à des opérateurs privés, un temps envisagée, a été exclue, afin de garantir que le butin récupéré reste en Colombie. 


Léa Tintillier | Reportage TF1 Joséphine Devambez, Sofiane Cherifi

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info