VIDÉO - Colombie : les hippopotames de Pablo Escobar vont-ils être abattus ?

par La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : Sophie Chevallereau et Ignacio Bornacin
Publié le 12 février 2022 à 7h30

Source : TF1 Info

Les hippopotames du célèbre narcotrafiquant Pablo Escobar vont-ils être euthanasiés ?
Presque 30 ans après la mort du baron de la drogue, ils sont désormais plus d'une centaine, et menacent les écosystèmes locaux.
Les autorités colombiennes viennent de déclarer ces hippopotames comme "espèce invasive".

Lorsque Pablo Escobar est abattu par les forces de sécurité colombiennes en 1993, le "roi de la cocaïne" est considéré comme l'un des hommes les plus riches du monde. Il est à la tête d'un parc immobilier composé de nombreuses demeures sécurisées, notamment de l'Hacienda Napoles, une propriété luxueuse qui s'étend sur 2000 hectares près du fleuve Magdalena, que l'on peut voir dans le sujet de TF1 qui ouvre cet article.  

Mégalomane, l'ancien chef du cartel de Medellín a couvert son hacienda d'hôtels, de routes, et même d'un aéroport privé, mais surtout... d'une ménagerie d'animaux sauvages. Si la plupart d'entre eux ont été récupérés par des zoos locaux, le couple d'hippopotames que le narcotrafiquant avait fait venir d'Afrique, est abandonné à son sort. Près de trente ans plus tard, les descendants directs de ces pachydermes sont désormais plus de 130, et pourraient quadrupler sous dix ans. Les autorités ne savent plus comment les empêcher de proliférer, et viennent de les déclarer comme "espèce invasive".

Les hippos d'Escobar déstabilisent l'écosystème local

C'est la plus grande colonie de ces animaux hors d'Afrique. On les voit par grappes, à demi immergés dans les rivières ou dans le fleuve Magdalena, le plus grand du pays, sur un territoire beaucoup plus vaste que leur enclos d'origine. Ils polluent les eaux de cette région tropicale, menacent une espèce locale de lamantins, et effraient la population. Le gouvernement colombien avait d'abord initié une campagne de stérilisation, grâce à des fléchettes hypodermiques. "Bien que ce ne soit pas la meilleure des solutions", explique David Echeverry, responsable d'une ONG environnementale locale, "cela contribue grandement à réduire le nombre d'hippopotames dans la nature"

Un animal plus meurtrier que les félins ou les crocodiles

Prises de vitesse par une reproduction des pachydermes plus rapide que le lent et coûteux processus de stérilisation, les autorités ont établi un plan qui envisage "toutes les mesures" pour arrêter l'expansion des mastodontes, "y compris la 

chasse", selon un de ses concepteurs, l'ancien ministre de l'Environnement. Manuel Rodriguez insiste notamment sur le danger que représente cette "invasion" d'animaux de grande taille pour les villageois et les pêcheurs. L'hippopotame est en effet beaucoup plus agressif que son air paisible ne le laisse supposer. Ses attaques sont fréquentes en Afrique, où ils font nettement plus de morts, chaque année, que les félins ou les crocodiles. 

Deux conceptions environnementales s'opposent désormais en Colombie, entre ceux qui rappellent que l'espèce de l'hippopotame est en danger dans son milieu d'origine, et ceux qui estiment que "l'envahisseur" met en danger des espèces endogènes de Colombie, comme le lamantin et plusieurs poissons.


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : Sophie Chevallereau et Ignacio Bornacin

Tout
TF1 Info