Un premier avion, évacuant essentiellement des ressortissants français, a décollé mardi soir de Niamey.
Pour l'heure, trois vols transportant des Français sont programmés.
Plusieurs ont confié leur tristesse et leurs doutes au 20H de TF1.

Un premier avion évacuant essentiellement des Français a décollé ce mardi soir de Niamey, au Niger. 262 personnes sont à bord, a annoncé la ministre des Affaires étrangères Catherine Colonna, dont "quelques ressortissants européens". Trois vols sont programmés, jusqu'à mercredi soir. "Il y a 600 Français qui ont exprimé clairement leur intention de partir et il y a un peu moins de 400 Européens", a précisé la ministre.

Au micro du 20H de TF1, plusieurs Français ont expliqué les conditions d'évacuation. L'un d'entre eux, qui préfère garder l'anonymat a filmé son trajet jusqu'à l'aéroport de Niamey, non sans nostalgie.

Je n'ai jamais eu de problème avec les Nigériens
Un évacué français

"Je suis là depuis dix mois, je n'ai jamais eu de problème avec les Nigériens. Au contraire, j'ai beaucoup de messages de sympathie qui me sont adressés depuis les événements", confie-t-il à notre micro. Ces dernières heures, des centaines de Français du Niger ont fait leurs valises à la hâte. "Les choses avancent progressivement. Trois vols [sont] prévus aujourd'hui", ajoute le Français évacué.

"On a été contactés à deux heures du matin pour signaler notre souhait ou pas de quitter le Niger. C'est extrêmement précipité, mais en même temps, on ne sait pas du tout comment les choses peuvent évoluer", explique une autre évacuée.

Une évacuation pas obligatoire

Cette évacuation n'est toutefois pas obligatoire. Parmi des familles binationales, certains ont choisi de rester au Niger. La France a décidé d'évacuer dès mardi ses ressortissants du Niger, "compte tenu de la situation à Niamey", a annoncé le Quai d'Orsay dans la matinée. Une décision justifiée par les "violences qui ont eu lieu contre notre ambassade avant-hier et la fermeture de l'espace aérien qui laisse nos compatriotes sans possibilité de quitter le pays par leurs propres moyens"

Un coup d'État au Niger, mené par le général Abdourahamane Tiani, a renversé le président élu Mohamed Bazoum la semaine dernière. Des milliers de manifestants pro-putschistes se sont ensuite réunis dimanche devant l'ambassade de France à Niamey, capitale du Niger, avant d'être dispersés par des grenades lacrymogènes. 

1.500 militaires français sont actuellement basés au Niger. Pour l'heure, leur évacuation n'est pas prévue.


F.R | Reportage TF1 Esther Lefèvre, Stanislas Poyet et Eliott Maudens

Tout
TF1 Info