L'Allemagne, la Belgique ou encore le Luxembourg ont déconseillé les voyages non indispensables en Chine.
Des annonces faites alors que l'UE a vivement encouragé ses États membres à tester les voyageurs venant de Chine.
En fin d'année 2022, la France avait déjà recommandé le report de tout voyage en Chine "en l'absence d'un motif essentiel".

La reprise du tourisme pour la Chine n'est pas prévue de si tôt. Plusieurs pays de l'Union européenne ont déconseillé les voyages non indispensables dans ce pays, confronté à une vague de contaminations de Covid sans précédant. Ce samedi 07 janvier, l'Allemagne, le Luxembourg ou encore la Belgique ont ainsi émis de telles recommandations, dix jours après une déclaration similaire de la France.

Report des voyages "en l'absence d'un motif essentiel"

"La très forte augmentation du nombre de cas de Covid est susceptible de générer des tensions dans les systèmes de santé locaux, et des difficultés d’approvisionnement pour certains médicaments. Aussi, il est recommandé aux voyageurs qui envisagent de se rendre en Chine, tout particulièrement les personnes fragiles ou immunodéprimées, de considérer un report de leur voyage, en l’absence d’un motif essentiel", appelait ainsi le ministère des Affaires étrangères français dès le 29 décembre dernier, sur son site recensant les recommandations aux voyageurs se rendant en Chine.

Ce samedi 07 janvier, c'est l'Allemagne qui a pris une décision similaire. "Nous déconseillons actuellement les voyages non indispensables en Chine. La raison est le pic d'infections au Covid et le système de santé surchargé" de ce pays, a ainsi indiqué sur Twitter le centre de réaction rapide du ministère allemand des Affaires étrangères.

Le pays outre-Rhin a par la suite été suivi par le Luxembourg et la Belgique. "Le Luxembourg s'aligne sur l'avis de voyage allemand et déconseille actuellement les voyages non indispensables en Chine", a annoncé le ministère des Affaires étrangères du grand-duché dans un communiqué publié en fin d'après-midi. "Les voyages non essentiels restent pour le moment déconseillés" en Chine, indique le site du ministère belge des Affaires étrangères, justifiant aussi cette recommandation pas la vague d'infections que connaît le pays et le risque de saturation des hôpitaux.

Ces conseils aux voyageurs sont émis alors que l'Union européenne a vivement encouragé ses États membres à imposer un dépistage en Chine, avant les vols en provenance de ce pays, ainsi qu'à compléter ce dispositif par des "tests aléatoires" à l'arrivée sur le sol européen. Par précaution, plusieurs pays en Europe, comme l'Italie, la France ou l'Allemagne, mais aussi ailleurs, comme les États-Unis ou le Japon, ont mis en place de telles mesures.

Malgré le rebond de contaminations et de nombreuses vidéos témoignant de la saturation du système de santé chinois, les autorités doivent mettre un terme dimanche aux quarantaines obligatoires à l'arrivée en Chine et de nouveau autoriser les Chinois à voyager à l'étranger. 

À l'annonce de l'imposition de tests Covid par certains pays, Pékin avait condamné des décisions "inacceptables", tout en menaçant de "contre-mesures". L'OMS a de son côté jugé que les données recensant les décès liés au Covid en Chine "sous-représentent" l'ampleur de la flambée épidémique.


Aurélie LOEK Aurélie Loek

Tout
TF1 Info