Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

VIDÉO - La Chine impose de nouveaux confinements en raison du rebond de l'épidémie de Covid-19

TF1
Publié le 26 octobre 2021 à 10h02
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

CORONAVIRUS - Les restrictions sont de retour dans plusieurs grandes villes chinoises, dont Pékin. Les autorités imposent même un confinement aux 4 millions d'habitants de la ville de Lanzhou, dans le Nord-Ouest du pays.

On dirait la Chine lorsqu'elle était au plus mal, quand l'épidémie de Covid-19 était au plus haut. Dans des sacs, des légumes, des vivres destinés à être distribués dans tous les appartements d'un quartier de Pékin, comme on peut le voir dans le reportage en tête d'article. À peine six cas détectés, et ce sont 20.000 riverains qui se retrouvent confinés pendant deux semaines.

 La politique de la "tolérance zéro" est en effet imposée dans le pays, en raison d'un rebond de cas de Covid-19, à une centaine de jours des JO d'hiver de Pékin. Les autorités chinoises ont ainsi annoncé ce mardi mettre en place un confinement à Lanzhou (Nord-Ouest du pays), qui compte quatre millions d'habitants. Tous les quartiers d'habitation de cette ville, capitale de la province du Gansu, vont être soumis à une "gestion fermée" avec un strict contrôle des déplacements. Toute sortie à l'extérieur du domicile ne sera désormais possible que pour des "achats de première nécessité", un impératif lié à l'épidémie, ou "un traitement médical d'urgence".

Le variant Delta est arrivé

Selon le gouvernement chinois, une centaine de nouveaux cas ont été recensés en une semaine, concentrés dans le nord du pays. Même si les cas sont peu nombreux, cela suffit pour lancer une campagne massive de dépistage. Le variant Delta est arrivé. Détecter pour isoler au moindre cas, c'est la stratégie. Les restrictions drastiques, la réponse.

Le quotidien des villes concernées est affecté. Même si près d'un milliard de Chinois sont vaccinés, les restrictions s'appliquent à tout le monde. "Nos enfants doivent avoir un test Covid de deux jours pour pouvoir entrer à l'école", indique par exemple Aladin Laroussi, cadre français expatrié à Pékin. Pour la vie quotidienne, il a déjà dû faire "une trentaine de tests", au rythme d'"un par semaine quand il n'y a pas d'infection" et "tous les deux trois jours si on se déplace". Pour les Chinois rencontrés pour ce reportage du 20H, ces nouvelles restrictions sont justifiées. Ceux-ci disent faire confiance aux autorités. 


TF1

Tout
TF1 Info