Covid-19 : le mirage de l'immunité collective à Manaus au Brésil ?

Publié le 24 janvier 2021 à 20h05, mis à jour le 24 janvier 2021 à 23h49

Source : JT 20h WE

Selon certaines études, 75% des habitants de Manaus ont été contaminés par le coronavirus lors de la première vague. Ce qui ne les a pas empêchés d'être massivement touchés par la deuxième. Alors, le principe d'immunité collective n'a donc pas marché ?

Depuis un mois, toute la famille de Laiz de Souza Chaves vit au rythme de la maladie. Ils sont cinq à être frappé par le coronavirus. Alors, ceux qui vont bien se relayent jour et nuit pour leur prodiguer des soins à domicile. Pour Laiz, cette nouvelle forme du Covid est bien plus contagieuse que la précédente. "Les membres de ma famille tombent malades les uns après les autres avec des symptômes très violents. Moi, je croyais que j'étais immunisée car j'avais été déjà infectée, et donc que je ne l'attraperai plus. Ce n'est pas normal ce qui se passe ici. Les gens pensent que la vie suit son cours. Non, ici, c'est le KO. Les gens luttent pour sauver leur vie", précise cette habitante de Manaus (Brésil).

Si tous les yeux sont actuellement rivés sur Manaus, c'est parce qu'on y a longtemps cru à une immunité collective. Une théorie infondée pour Jessem Orellana : "Mi-octobre, une étude disait que 76% des habitants de Manaus auraient été immunisés. Mais, c'est incompatible avec notre réalité épidémiologique car pour confirmer ces informations, il faut des études génétiques poussées, des tests PCR en nombre. Ce qu'on n'a pas du tout fait ici", déplore cet épidémiologiste. Adriel Alves de Palva, lui, s'inquiète de voir des patients beaucoup plus jeunes avec des formes bien plus graves qu'au printemps dernier : "Nous perdons des patients de 18 ans sans comorbidité, et des patients de 23 ans, 28 ans, 36 ans. C'est très difficile. Alors on espère qu'avec le vaccin, on arrivera à contrôler les cas pour ne pas continuer à perdre autant de jeunes", regrette ce médecin urgentiste.

Le Brésil entame avec beaucoup de retard sa campagne de vaccination. Deux millions de doses en provenance d'Inde sont arrivées ce week-end dont une partie est destinée à Manaus. C'est désormais une course contre la montre qui se joue ici. Mais, c'est une lueur d'espoir pour cette ville martyre.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info