Annexions, mobilisation... Poutine choisit l'escalade

Bombardements à l’est de l’Ukraine : des civils évacués vers la Russie

V. F - TF1 | Reportage : Michaël Guiheux, Liseron Boudoul et Guillaume Aguerre
Publié le 18 février 2022 à 23h20
JT Perso

Source : JT 20h WE

En Ukraine, il est toujours difficile de savoir si la Russie s'apprête à attaquer.
Les heurts entre séparatistes prorusses et forces ukrainiennes se sont multipliés ces dernières heures.
Les civils sont désormais invités à quitter certaines zones.

Les craintes d'une intervention militaire russe en Ukraine se sont encore accentuées ce vendredi avec la multiplication des heurts entre séparatistes prorusses et forces ukrainiennes, décrits par les États-Unis comme une manœuvre "cynique" de la Russie. "Il est cynique et cruel d'utiliser des êtres humains comme pions en vue de détourner l'attention du monde du fait que la Russie renforce ses troupes en vue d'une attaque", a déclaré ce vendredi un porte-parole du département d'État américain.

Dans le même temps, les autorités sécessionnistes prorusses dans l'Est ukrainien ont ordonné l'évacuation des civils vers la Russie. Résultat, à Louhansk, ville contrôlée par les séparatistes pro-russes, les voitures se sont ruées dans la panique vers les stations essence pour faire le plein. Que va-t-il se passer maintenant ? C'est la grande inconnue, toutefois la plupart des habitants n'ont pas évacué la ville pour le moment, comme l'a constaté l'envoyée spéciale du JT de 20H dans la vidéo en tête de cet article. 

600 échanges de tirs

Dans le Donbass occupé par les séparatistes et à Donetsk, les sirènes ont également retenti pour demander aux civils d'évacuer. De son côté, Vladimir Poutine s'est affiché en protecteur en annonçant qu'il hébergerait les réfugiés en Russie, les nourrirait et leur donnerait 129 euros. Une guerre des mots a donc commencé, alors que le chef de cette République autoproclamée a accusé l'Ukraine lors d'une allocution à la télévision.

 "Le président ukrainien donnera bientôt l'ordre à ses soldats de passer à l'offensive", a-t-il lancé. "L'Ukraine renforce sa défense, mais nous n'avons pas l'intention de mener une quelconque offensive", a répliqué le ministre ukrainien de la Défense Oleksiï Reznikov devant les députés.

Après deux mois plutôt calmes, une chose est sûre, les affrontements se sont intensifiés ces derniers jours de part et d'autre de la ligne de front. Côté ukrainien, une école a été touchée sans faire de victime. Jeudi 17 février, 600 échanges de tirs ont été répertoriés par les observateurs internationaux ; c'est deux fois plus que la moyenne de l'année 2021. 

Lire aussi

Est-ce le signe qu'une guerre entre la Russie et l'Ukraine se rapproche ? Coté russe, Vladimir Poutine dit continuer à retirer des unités militaires des abords de l'Ukraine, sans toutefois convaincre ses adversaires. Le ministre américain de la Défense, Lloyd Austin, a même affirmé que l'armée russe envoyait "davantage de forces" et se préparait à une intervention "en se rapprochant de la frontière, en positionnant des troupes, en augmentant leurs capacités logistiques". Selon les États-Unis, le nombre de soldats russes augmentent passant de 130.000 début février à 169.0000, voire 190.000. 


V. F - TF1 | Reportage : Michaël Guiheux, Liseron Boudoul et Guillaume Aguerre

Tout
TF1 Info