La réforme des retraites, dossier explosif du 2nd quinquennat Macron

VIDÉO - Retraites : la réforme radicale du Danemark

TF1info | Reportage François-Xavier Ménage, Olivier Cresta
Publié le 3 octobre 2022 à 9h49
JT Perso

Source : JT 20h WE

Les Français sont majoritairement pour la réforme du système des retraites.
Ils sont en revanche nettement opposés au recul de l'âge de départ à 65 ans.
Au Danemark, la dernière réforme poussera bientôt les travailleurs à dépasser les 70 ans.

Debout toute la journée, en hiver comme en été, à vendre des hot-dogs dans un food-truck de Copenhague  : à 79 ans, Tove est encore salariée dans la restauration, comme on le voit dans le reportage du 20H de TF1 ci-dessus. Elle effectue 70 heures par mois pour compléter sa retraite. Les seniors au travail le plus longtemps possible, c'est le mantra du Danemark, asséné depuis deux décennies.

Double bénéfice pour les caisses de l'État

À l'Université d'Économie de Copenhague, on montre à notre équipe le calendrier de la réforme des retraites, votée à une large majorité par le Parlement danois- sans même faire des vagues. Vus de France, les chiffres sont stupéfiants. Si l'âge actuel de départ à la retraite est toujours de 65 ans, il est prévu de le reculer progressivement en fonction de la date de naissance des travailleurs. Par exemple, si vous êtes né en 1979, vous devrez attendre l'âge de 72 ans pour avoir une retraite à taux plein, et même 74 ans si vous êtes né en 1996. La loi prévoit que les dates seront ajustées en fonction de l'espérance de vie.

Le bénéfice est double pour l'État danois, comme nous l'explique le chercheur Johan Soeverud. "L'État va moins dépenser pour payer les retraites, puisque les délais sont repoussés", détaille-t-il, "et en reculant l'âge de la retraite, ça fait beaucoup plus d'impôt sur le revenu qui rentre dans les caisses de l'État".

Gerti, toujours coiffeuse à presque 80 ans

Parallèlement à cette réforme, tout est fait pour que les travailleurs choisissent de travailler le plus longtemps possible. C'est ainsi que Gerti, coiffeuse à Copenhague, continue d'exercer à presque 80 ans. "J'aurais pu m'arrêter à 65 ans, mais j'ai attendu jusqu'à 75 ans pour toucher une meilleure retraite", témoigne-t-elle. Elle pratique encore la coiffure quatre jours par semaine, mais semble se réjouir de la petite diminution de son temps de travail. "Mes samedis sont libres maintenant", sourit-elle, "c'est génial, avant je n'en avais jamais".

L'écueil de la pénibilité

En fonction de la pénibilité de leur activité, tous les travailleurs ne pourront pourtant pas exercer indéfiniment. Le Centre de recherche sur le vieillissement alerte d'ailleurs le gouvernement danois, pour atténuer les effets les plus radicaux de sa réforme. "Il faudrait multiplier les temps partiels, ajuster les postes et les responsabilités en fonction des aptitudes", estime le professeur Karsten Vrangbaek, qui pense aussi que les nouvelles technologies pourraient être mobilisées pour alléger les tâches manuelles. 

Lire aussi

Pour assumer sa réforme des retraites, le modèle danois se doit en même temps de faciliter l'emploi des seniors par les entreprises, pas toujours enthousiastes à l'idée de les recruter. Des antennes spécialisées de l'équivalent de notre Pôle Emploi ont d'ailleurs été créées dans ce but. Et pour permettre de lutter contre le préjugé sur l'âge, sa mention sur le curriculum vitae est désormais illégale.


TF1info | Reportage François-Xavier Ménage, Olivier Cresta

Tout
TF1 Info