La façade principale de l'ancienne Bourse de Copenhague s'est effondrée, ce jeudi 18 avril dans l'après-midi.
Les murs se sont écroulés alors que le travail des pompiers se poursuit, plus de 48 heures après le début de l'incendie qui a ravagé le bâtiment historique danois.
D'autres effondrements pourraient advenir, ont prévenu les secours.

Restera-t-il quelque chose de l'ancienne Bourse de Copenhague ? Près de 48 heures après le début de l'incendie qui a ravagé ce bâtiment historique de la capitale danoise, la façade principale s'est effondrée, ce jeudi 18 avril, dans l'après-midi, comme le craignaient les services de secours. Aucun blessé n'a été signalé et le quartier a été évacué. 

La structure s'est affaissée vers l'intérieur du bâtiment dans un énorme grondement, selon les images des médias danois. Des conteneurs avaient été disposés le long de cette façade pour la soutenir.

La cause de l'incendie toujours inconnue

"Il y a un risque d'autres effondrements", a averti Tim Ole Simonsen, le responsable des interventions des services de secours danois, au cours d'un point presse improvisé. Selon lui, la chaleur extrême et l'écroulement d'autres parties porteuses ont affaibli les murs, provoquant cet effondrement. "Nous espérions vraiment pouvoir sauver les façades de ce vieux bâtiment, mais nous n'avons malheureusement pas eu le temps de mettre en place les ancrages", a expliqué un autre responsable des services de secours, Jakob Vedsted Andersen. 

Des travaux étaient prévus à l'intérieur de la zone évacuée pour tenter de sauvegarder une partie du bâtiment, mais la situation oblige une réorganisation des opérations. Les opérations pour éteindre les reprises de feu sont toujours en cours.

La cause de l'incendie qui a ravagé la moitié de ce bâtiment datant du XVIIe siècle, entrainant l'écroulement de la flèche haute de 54 mètres, est toujours inconnue. Les enquêteurs de la police n'ont pas encore pu accéder au site. "Il faudra peut-être plusieurs mois avant d'obtenir des réponses" sur les causes de cette catastrophe, a indiqué la police danoise.


A. Lo. avec l'AFP

Tout
TF1 Info