Midterms 2022 : la vague républicaine n'a pas eu lieu

Midterms : le pro-Trump Herschel Walker battu, Biden conforte sa majorité au Sénat

S.M avec AFP
Publié le 7 décembre 2022 à 10h20
JT Perso

Source : TF1 Info

Le parti démocrate a conforté sa majorité au Sénat avec la victoire de son candidat en Géorgie.
Un scrutin salué immédiatement par Joe Biden, qui sort finalement renforcé de ces élections.
Donald Trump avait pourtant prédit le déferlement d'une "vague rouge" sur le pays.

La "vague" républicaine promise par Donald Trump n'a finalement pas eu lieu. Au contraire, c'est Joe Biden, à qui l'on prédisait une sévère défaite lors des midterms, qui en ressort renforcé. Son parti démocrate a conforté sa majorité au Sénat avec la victoire du candidat démocrate Raphael Warnock en Géorgie, État frontalier de la Floride, historiquement acquis aux Républicains. Une victoire immédiatement saluée par le président américain. 

"Ce soir (mardi), les électeurs de Géorgie se sont mobilisés pour notre démocratie, ont rejeté l'ultra MAGAisme et le plus important : ils ont renvoyé au Sénat un homme bien", a déclaré Joe Biden, en référence au slogan de son prédécesseur Donald Trump : Make America Great Again. Le candidat de son parti, le sénateur démocrate Raphael Warnock était opposé à un protégé de Donald Trump, le républicain Herschel Walker pour le dernier acte de ces "midterms". Les deux hommes s'étaient déjà affrontés en novembre et un deuxième tour avait dû être organisé pour les départager.

Gain d'influence pour les démocrates

Cette victoire ne change pas l'équilibre des pouvoirs au Congrès américain : les démocrates s'étaient déjà assurés de garder le contrôle du Sénat à l'issue du premier tour des législatives, en novembre. Les républicains ont quant à eux reprit la Chambre, mais avec une majorité bien plus courte qu'espéré. Mais ce nouveau siège donne des coudées plus franches au parti de Joe Biden, qui a gouverné ces deux dernières années avec une majorité extrêmement ténue : 50 sièges sur 100. Il leur permettra entre autres d'exercer une plus grande influence dans des commissions parlementaires essentielles. Et limitera significativement l'influence d'un sénateur démocrate modéré, Joe Manchin, fossoyeur de plusieurs grands chantiers de l'administration Biden.

Lire aussi

Avec ce siège, les républicains espéraient quant à eux s'offrir des pouvoirs de blocage plus larges aux politiques de Joe Biden. À 700 jours de la prochaine élection, l'opposition est soucieuse de casser la dynamique du président, renforcé par ces bons résultats aux "midterms".


S.M avec AFP

Tout
TF1 Info