EN DIRECT - Guerre en Ukraine : Volodymyr Zelensky attendu mercredi à Washington

Publié le 20 décembre 2022 à 6h15, mis à jour le 20 décembre 2022 à 23h53

Le président ukrainien est attendu mercredi à Washington pour s'adresser au Congrès et rencontrer Joe Biden à la Maison Blanche, selon la presse américaine.
Il s'agira de son premier déplacement international depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie le 24 février.
Suivez les dernières informations sur le conflit.

Ce live est à présent terminé. 

Suivez notre dernier direct dans l'article ci-dessous.

ZELENSKY AUX ETATS-UNIS


Selon les médias américains, Volodymyr Zelensky est attendu ce mercredi à Washington. Il devrait s'exprimer au Congrès. Il devrait également rencontrer le président Joe Biden. Selon CNN, ce dernier devrait accorder une nouvelle aide à l'Ukraine.

OLIGARQUES


Londres a ordonné au fonds d'investissement LetterOne (L1), lié à des oligarques russes ciblés par des sanctions occidentales, de vendre le fournisseur d'accès à internet régional britannique Upp, qu'il avait acquis en 2021, pour des questions de "sécurité nationale".


Après une "évaluation détaillée", le ministre aux Entreprises Grant Shapps a pris cette décision "pour se prémunir contre les risques potentiels pour la sécurité nationale", à indiqué un porte parole du gouvernement mardi à l'AFP.


Les risques sont liés aux "bénéficiaires effectifs" du fonds et au fait que le fournisseur d'accès à internet soit "en plein déploiement" de la fibre dans certaines parties du Royaume-Uni, selon les termes de cette décision publiée lundi.

LA CONSO DE GAZ EN BAISSE


La consommation de gaz naturel de l'Union européenne a chuté de 20,1% sur août-novembre par rapport à la moyenne des cinq années précédentes pour cette même période, soit plus que son objectif de 15%, a annoncé mardi Eurostat.


Face aux réductions drastiques de livraisons de gaz russe, dans le contexte de la guerre en Ukraine, les 27 pays de l'UE s'étaient mis d'accord fin juillet pour réduire volontairement leur consommation de gaz entre le 1er août 2022 et le 31 mars 2023.


L'objectif d'une baisse de 15% par rapport à la moyenne des cinq dernières années, via des "mesures de réduction volontaire", avait été fixé.

"GARANTIES"


Lors d'une interview accordée lundi à TF1 et LCI, Emmanuel Macron a réitéré sa promesse d'apporter des garanties de sécurité, à l'Ukraine comme à la Russie, le jour où des négociations de paix auront lieu pour mettre fin à au conflit.

OFFENSIVE HIVERNALE


Les dirigeants russes sont divisés sur le lancement d'une grande offensive hivernale en Ukraine, a indiqué mardi un haut responsable américain, sur fond de craintes que Moscou ne tente à nouveau de prendre Kiev.


"Je pense qu'on est en présence de points de vue qui divergent", a estimé le haut responsable sous le couvert de l'anonymat, en parlant des délibérations en cours au sein du gouvernement russe. "Clairement, il y en a certains qui, je crois, prônent de poursuivre l'offensive en Ukraine. Il y en a d'autres qui ont de réelles questions quant à la capacité de la Russie de le faire", a-t-il dit.


Il a encore précisé que les Etats-Unis "ajusteraient et adapteraient rapidement" leurs objectifs si une telle offensive majeure était décidée, au neuvième mois de l'invasion russe en Ukraine.

ARMEE RUSSE


Le président russe Vladimir Poutine fixera les objectifs de son armée pour l'année 2023 lors d'une rencontre avec de hauts responsables militaires mercredi, a annoncé mardi le Kremlin, au neuvième mois de l'offensive de Moscou en Ukraine.


"Vladimir Poutine tiendra une réunion élargie du ministère russe de la Défense (...). Les résultats des activités des forces armées russes en 2022 seront résumés, les tâches pour l'année prochaine seront définies", a indiqué le Kremlin dans un communiqué.

"INFLUENCE" CHINOISE


Le chef de l'Etat allemand Frank-Walter Steinmeier a appelé mardi le président chinois Xi Jinping, lors d'un entretien téléphonique, à "utiliser son influence" sur Vladimir Poutine pour "mettre fin" à la guerre en Ukraine, a indiqué la présidence allemande dans un communiqué.


"Le président fédéral Frank-Walter Steinmeier a téléphoné aujourd'hui au président chinois Xi Jinping (...). Le président a souligné l'intérêt commun de la Chine et de l'Europe à la fin de la guerre. Il a demandé à Xi Jinping d'utiliser son influence sur la Russie et d'agir en ce sens auprès de Poutine", selon ce communiqué.

EXPLOSION D'UN GAZODUC


Au moins trois personnes sont mortes en Russie lors d'un incendie sur une section d'un important gazoduc alimentant l'Europe en gaz russe, selon le chef de la république de Tchouvachie, où a eu lieu l'incident.


"Quatre personnes, selon des informations préliminaires, travaillaient sur place. Malheureusement, trois d'entre elles sont décédées lors d'une violente combustion de gaz. Une personne, un chauffeur, a survécu et se trouve actuellement en état de choc", a déclaré à la télévision russe Oleg Nikolaev, responsable de cette région située à environ 600 km à l'est de Moscou.

ENVOI D'ARMES A KIEV


À bord du porte-avions Charles-de-Gaulle, Emmanuel Macron a confirmé à TF1 et LCI que la France avait livré des armes à l'Ukraine ces derniers jours, et continuerait au premier trimestre 2023. Il est notamment question d'envoyer au pays de nouveaux canons Caesar.

Urgent

ZELENSKY SUR LA LIGNE DE FRONT


Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'est rendu à Bakhmout, ville que les forces russes tentent de prendre depuis des mois et actuellement le point le plus chaud du front dans l'est de l'Ukraine, a indiqué son service de presse. "Il a rencontré des militaires, s'est entretenu avec eux et donné des décorations à nos soldats", a indiqué le service de presse de la présidence sans plus de précisions.

LA CHINE ET LA RUSSIE EN MER


Selon la Chine, les exercices navals sino-russes commençant mercredi visent à "approfondir" la coopération entre les deux pays dont l'alliance anti-occidentale non officielle s'est renforcée depuis l'invasion de l'Ukraine.


Les exercices auront lieu au large des côtes de la province du Zhejiang, au sud de Shanghai, jusqu'à mardi prochain, selon un bref avis publié lundi par l'aile militaire du parti communiste. "Cet exercice conjoint vise à démontrer la détermination et la capacité des deux parties à répondre conjointement aux menaces à la sécurité maritime... et à approfondir davantage le partenariat de coordination stratégique global Chine-Russie de la nouvelle ère", d'après le communiqué.

REVERS POUR L'ARMÉE RUSSE


Dans les régions illégalement annexées par Moscou en septembre, la situation est "difficile" pour l'armée russe. Elle y subit des revers importants sur le terrain et a dû notamment quitter la ville de Kherson, haut lieu stratégique.

EMMANUEL MACRON 


"La Russie a exprimé le fait qu'elle voulait avoir des garanties par rapport aux menaces de l'OTAN, ce sont des choses très concrètes", a indiqué Emmanuel Macron depuis le Charles de Gaulle, estimant qu'"on ne fait pas un traité de paix seuls". Voilà dix mois que le conflit dure en Ukraine et qu'il s'enlise, sans perspective prochaine de pourparlers entre les deux parties.

"Des garanties à la Russie", Macron assume sur LCISource : TF1 Info

ARBRE DE NOËL A KIEV


Des responsables de la capitale ukrainienne ont illuminé un sapin dans le centre de la ville, assurant qu'ils ne laisseraient pas la Russie "voler" ce Noël aux enfants ukrainiens. La journée a débuté par une série d'attaques sur un ensemble d'infrastructures critiques de Kiev. 


Mais en fin de journée, un arbre artificiel de 12 mètres de haut a été installé dans le centre de la capitale, décoré symboliquement avec des colombes de la Paix, selon des journalistes de l'AFP. Malgré les bombardements russes, les Ukrainiens ont décoré leurs villes pour Noël, comme Mykolaiv ou Kharkiv.

AIDE DU FMI


L'Ukraine va suivre les préconisations du FMI aux termes d'un programme de surveillance économique avec l'institution, qui pourrait ouvrir la voie à des aides alors que le pays a besoin de plus de 40 milliards de dollars, a indiqué le FMI.


Les autorités ukrainiennes se sont engagées à des réformes concernant notamment la collecte des impôts, le marché de la dette intérieure, la transparence, l'indépendance de la banque centrale. Elles ont quatre mois pour prouver leur avancement

POINT DE SITUATION

SLOVAQUIE


L'Allemagne a promis lundi à la Slovaquie le système Mantis qui renforcera sa défense antiaérienne, a déclaré le ministre slovaque de la Défense.


"Il s'agit d'un nouveau système de défense aérienne qui protégera l'est de la Slovaquie", a déclaré le ministre Jaroslav Nad lors d'une conférence de presse commune avec son homologue allemande, Christine Lambrecht, lundi à Bratislava.


"Il s'agit d'un système à courte portée destiné à protéger des sites concrets", a-t-il ajouté.  Les détails de l'accord doivent maintenant être élaborés au cours des prochains mois.

BELARUS


Le président russe Vladimir Poutine a assuré lundi que la Russie "n'a pas intérêt" à absorber le Bélarus, son plus proche allié, très dépendant de Moscou pour les livraisons de gaz et de pétrole.


"La Russie n'a pas intérêt à absorber qui que ce soit. Cela n'a pas de sens tout simplement", a déclaré M. Poutine, lors d'une conférence de presse avec son homologue bélarusse Alexandre Loukachenko à l'issue de leurs pourparlers à Minsk.

BONJOUR À TOUS


Bienvenue dans ce nouveau live du mardi 20 décembre, essentiellement consacré à la guerre en Ukraine. 

Vladimir Poutine a assuré lundi que la Russie n'allait pas absorber la Biélorussie, tout en prônant un renforcement des liens militaires avec ce pays allié dans le conflit en Ukraine.  "La Russie n'a pas intérêt à absorber qui que ce soit. Cela n'a pas de sens tout simplement", a déclaré M. Poutine, lors d'une conférence de presse avec son homologue Alexandre Loukachenko, à Minsk.

Il a toutefois annoncé un accord obtenu par les deux dirigeants lors de ces pourparlers "substantiels" pour renforcer leur coopération dans "tous les domaines", notamment dans le secteur de la défense. Il s'agit des "mesures communes pour assurer la sécurité" des deux pays, des "livraisons mutuelles d'armes", ainsi que de la fabrication commune des armements, a précisé M. Poutine.

Ce sommet entre les chefs d'Etat russe et biélorusse intervient à un moment où les autorités ukrainiennes disent redouter dans les premiers mois de 2023 l'éventualité d'une offensive russe sur Kiev qui serait déclenchée à partir du territoire biélorusse, répétant le scénario du début de l'invasion, le 24 février.

Ajoutant aux inquiétudes, l'armée russe a déclaré lundi qu'elle allait prendre part à des manoeuvres "tactiques" en Biélorussie, après l'annonce en octobre de la formation d'une force commune de plusieurs milliers d'hommes.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info