Iran : la révolte du voile

En Iran, des ambulances utilisées par les forces de sécurité pour interpeller les manifestants ?

TG
Publié le 25 novembre 2022 à 9h47
JT Perso

Source : JT 20h WE

Selon le New York Times, les forces de sécurité utiliseraient des ambulances pour infiltrer les cortèges de manifestants et ainsi faciliter les interpellations.
Les personnels de santé seraient vent debout contre ces pratiques.

La ruse du système répressif iranien pour mater la contestation qui dure depuis deux mois. Selon le New York Times, qui a recensé et vérifié plusieurs photos et vidéos, les forces de sécurité iraniennes ont recours à des ambulances pour pénétrer les cortèges des manifestants et ainsi les arrêter. Le quotidien a recueilli le témoignage d'un habitant de Téhéran qui a assisté à une scène peu banale : il a vu trois protestataires littéralement "poussés" dans une ambulance, alors qu’ils ne semblaient pas avoir été blessés. Plusieurs images montrent la présence d’ambulances "entrant ou sortant des postes de police, ou positionnées juste à l’extérieur, dans au moins six endroits à travers le pays".

"Les ambulances doivent être utilisées pour transporter les patients"

Conséquence de l'usage de ces fausses ambulances : la méfiance des contestataires envers les soignants du pays. Selon plusieurs témoignages, des manifestants blessés, soignés dans les hôpitaux, ont par la suite été amenés en garde à vue. Toujours selon le New York Times, ces pratiques commencent à fortement agacer les professionnels de santé. Ces derniers ont ainsi battu le pavé à Rasht (Nord-Ouest), certains brandissant des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : “Les ambulances doivent être utilisées pour transporter les patients”.

Lire aussi

La vague de contestation en Iran, née de revendications sur les droits des femmes après la mort de Mahsa Amini, tuée en garde à vue par la police des mœurs, est sans précédent depuis la Révolution islamique de 1979. Selon le Rapporteur spécial de l'ONU sur l'Iran, plus de 15.000 personnes ont été arrêtées.

La justice iranienne a déjà prononcé six condamnations à mort en lien avec les manifestations et a annoncé cette semaine l'arrestation en deux mois de "40 étrangers" accusés d'implication dans les "émeutes" en Iran.


TG

Sur le
même thème

Tags

Tout
TF1 Info