VIDÉO - En Iran, un couple condamné à dix ans de prison après avoir dansé dans les rues de Téhéran

par M.L (avec AFP)
Publié le 1 février 2023 à 9h15

Source : TF1 Info

Un jeune couple iranien s'est filmé en train de danser dans la rue, au pied d'une tour incontournable de Téhéran.
La séquence, devenue virale, s'est hissée au rang de symbole du mouvement de protestation qui défie le pouvoir.
Les deux jeunes fiancés ont été condamnés à dix ans et demi de prison par un tribunal du pays, selon une ONG.

La scène pourrait sembler banale : un jeune couple esquisse quelques pas de danse dans la rue, à la nuit tombée, filmé par un téléphone. La jeune femme, cheveux détachés, est dans les bras de son compagnon. Derrière eux, la tour Azadi de Téhéran, toute illuminée, l'un des principaux monuments de la capitale iranienne. Mais pour ces quelques secondes de joie, tous deux ont été condamnés à plus de dix ans de prison par un tribunal du pays, en proie à un puissant mouvement de contestation depuis des mois.

Astiyazh Haghighi et son fiancé Amir Mohammad Ahmadi, âgés d'une vingtaine d'années et populaires sur Instagram, ont été arrêtés en novembre après que leur vidéo, en tête de cet article, soit devenue virale. Une séquence interprétée comme un symbole de défiance par le régime, la jeune femme ne portant pas de voile islamique, allant ainsi à l'encontre des règles strictes de la République islamique. Les femmes ne sont pas non plus autorisées à danser en public dans le pays, et encore moins aux côtés d'un homme. 

Autant de libertés revendiquées par la protestation populaire qui secoue l'Iran, dont cette vidéo est devenue l'un des emblèmes. D'autant que la gigantesque et futuriste tour Azadi ("liberté") est un lieu sensible pour le pouvoir.

"Encouragement à la corruption et à la prostitution publique"

Un tribunal révolutionnaire de Téhéran les a condamnés à dix ans et demi de prison, ainsi qu'à l'interdiction d'utiliser Internet et de quitter l'Iran, a indiqué l'ONG Human Rights Activists News Agency (HRANA), basée aux États-Unis. Le couple a été reconnu coupable d'"encouragement à la corruption et à la prostitution publique", ainsi que de "rassemblement dans l'intention de perturber la sécurité nationale", a-t-elle ajouté.

Citant des sources proches de leurs familles, HRANA a indiqué que les deux fiancés ont été privés d'avocat pendant la procédure judiciaire et que les tentatives pour obtenir leur libération sous caution ont été rejetées. L'ONG précise que Astiyazh Haghighi se trouve dans la célèbre prison pour femmes de Qarchak, dont les conditions de détentions sont régulièrement condamnées par les militants des droits humains.

Depuis la mort de Mahsa Amini en septembre, qui a déclenché une vague de protestations contre le régime, les autorités iraniennes répriment dans la violence toute forme de dissidence. Au moins 14.000 personnes ont été arrêtées depuis, selon les Nations Unies, qu'il s'agisse de célébrités, de journalistes, d'avocats ou de simples citoyens, et plusieurs détenus condamnés à mort ont été exécutés. 


M.L (avec AFP)

Tout
TF1 Info