Les "battlebots" déchaînent les passions outre-Atlantique.
Ces "robots de combat" ont leurs propres fans et leurs émissions spécialisées.
Le 20H de TF1 vous les fait découvrir.

La foule réclame du combat, du sang et des larmes... ou plutôt de l'huile et des boulons. Sur le ring, que l'on découvre dans la vidéo du 20H de TF1 ci-dessus, pas de gants de boxe, ni même de boxeurs, mais des scies circulaires et des lance-flammes. Voici les "battlebots", les robots de combat. Une nouvelle discipline plébiscitée aux États-Unis, dont le principe est simple : "La règle principale : ça va se jouer en trois minutes, et c'est un combat jusqu'à la mort", nous explique un arbitre.

Des robots qui se cassent la figure (...), franchement, comment on peut ne pas aimer ça ?
Un spectateur enthousiaste

Exactement comme des voitures télécommandées, les appareils sont dirigés à distance par des pilotes, bien protégés derrière des vitres renforcées. Les engins se choquent violemment, se jettent en l'air les uns les autres, se martyrisent par le feu ou par le fer, ne laissant à la fois qu'un vainqueur seul en piste. Certains de ces robots ont leurs propres fans, et entrent triomphalement dans l'arène, comme des rock stars. "Des robots qui se cassent la figure, et même parfois qui explosent", nous glisse un spectateur exalté, "franchement, comment on peut ne pas aimer ça ?".

Il faut détruire l'adversaire, et il faut aussi que votre robot survive
Une participante

Les vaincus quittent la scène en civière, emmenés aussitôt vers les ateliers de réparation. Chaque match est une leçon pour les concepteurs des robots, et permet aux équipes de les améliorer. Certaines d'entre elles dépensent des dizaines de milliers d'euros par an, en réparations et en innovations. "L'objectif, c'est de construire le robot le plus puissant", résume une participante, "il faut détruire l'adversaire, et il faut aussi que votre robot survive".

Les récompenses en cas de victoire, et des sponsors, financent en partie la construction des engins. Le reste, ces amateurs passionnés le paient de leur poche. Régulièrement, des tournois sont transmis en direct à la télévision américaine. Le robot qui parvient à terrasser tous ses adversaires, quitte à y laisser quelques boulons, gagne la compétition et la célébrité. 


TF1info | Reportage : Antoine de Précigout, Adrien Ponsard, et Vincent Mortreux

Tout
TF1 Info