Aux États-Unis, la saison des tornades s'annonce particulièrement intense cette année.
Depuis le mois d'avril, plus de 300 tornades ont déferlé dans le centre et le sud du pays.
Ces phénomènes météorologiques extrêmes touchent principalement une zone connue sous le nom de "Tornado Alley". Explications.

D'immenses tourbillons sombres qui sèment la désolation sur leur passage. Les tornades, phénomène météorologique aussi impressionnant que difficile à prévoir, sont relativement fréquentes aux États-Unis. Et 2024 s’annonce d’ores et déjà comme une année record. Depuis le mois d’avril, qui marque le début de la saison, plus de 300 tornades ont d'ores et déjà été enregistrés par les services météorologiques américains (NWS), notamment dans le centre et le sud du pays. Du jamais-vu depuis 13 ans.

"Les températures chaudes du printemps favorisent ces tornades, mais c’est aussi à cause d’El niño qui faiblit, ce qui est un phénomène naturel venu des eaux du Pacifique", explique Amélia Draper, météorologiste sur la chaîne américaine NBC, dans la vidéo. Au printemps, lorsque l'air chaud de l'équateur rencontre l'air frais du nord, ces colonnes tourbillonnantes de vents pouvant atteindre près de 500 km/h se forment, sans avertissement, rasant des agglomérations entières, comme on peut le voir sur les images impressionnantes dans la vidéo de TF1 ci-dessus.

TF1

Historiquement, ces phénomènes météorologiques extrêmes se concentrent dans une bande étroite connue sous le nom d'"Allée des Tornades" ("Tornado Alley", en anglais), où la combinaison de facteurs géographiques et météorologiques favorise la formation de ces phénomènes météorologiques extrêmes. Ce terme – qui n’a rien de scientifique - a été inventé par deux météorologues de l'US Air Force dans les années 1950. C’est dans ce couloir météorologique que les tornades sont les plus fréquentes et aussi les meurtrières historiquement. 

NOAA

À l’origine, l'"allée des tornades" correspond aux grandes plaines du centre des États-Unis et comprend le Texas, l'Oklahoma, le Nebraska et le Kansas. Mais ses délimitations géographiques ont évolué au fil du temps. Aujourd’hui, elle s’étend davantage au nord jusqu’au Dakota et aussi plus à l'est jusqu'à l'Illinois et l'Indiana. Selon des experts, bien que les États du centre du pays soient actuellement les plus touchés par les tornades, la principale zone de danger pourrait à l'avenir s'étendre au sud-est du pays.

De la "Tornado alley" à la "Dixie alley"

L’an dernier, comme le rapporte un article de la BBC, une équipe de recherche de l’Université de la ville de New York a établi que la zone où le nombre de tornades a augmenté le plus au cours de ces trois dernières décennies se situe en fait dans le sud-est des États-Unis, dans ce qu’on appelle la "Dixie Alley". Cette dernière comprend les États de l'Arkansas, du Mississippi et de la Louisiane, l'ouest du Tennessee, ainsi que le nord de l'Alabama et de la Géorgie. Entre 2000 et 2019, c'est dans cette partie des États-Unis que les tornades ont été les plus meurtrières. 


M.D. | Reportage : Axel Monnier et Hervé Ecarnot

Tout
TF1 Info