EXCLUSIF - VIDÉO - Otages du Hamas : le négociateur en chef du Qatar répond à TF1

par T.A. | Reportage : Liseron BOUDOUL et Fabrice AMZEL
Publié le 31 octobre 2023 à 19h55, mis à jour le 31 octobre 2023 à 22h54

Source : TF1 Info

Le Qatar joue un rôle clé dans les tractations pour faire libérer les otages toujours retenus par le Hamas après son attaque du 7 octobre.
Une équipe de TF1 a pu rencontrer le négociateur en chef du Qatar, Mohammed Al Khulaifi.
Un entretien exclusif diffusé ce mardi dans le 20H.

C'est un pays au rôle diplomatique crucial dans le confit entre Israël et le Hamas. Après l'attaque terroriste du 7 octobre sur le sol israélien, le Qatar est le principal négociateur avec les dirigeants du mouvement islamiste. L'objectif de ces tractations ? Obtenir un accord pour la libération de tous les otages étrangers ou binationaux enlevés lors de l'assaut contre Israël, explique à TF1 le négociateur en chef du Qatar, Mohammed Al Khulaifi, dans un entretien exclusif diffusé ce mardi soir dans le 20H et à retrouver en tête de cet article.

"Le but est la libération de tous les civils"

C'est ce ministre d'État qui, en discutant avec les deux parties, a permis la libération de quatre otages depuis le début de la guerre au Proche-Orient, deux Américaines et deux Israéliennes. "On n'arrêtera pas notre travail de négociation jusqu'à ce qu'on sorte chaque otage de cette situation", assure-t-il notamment dans cette interview, la première obtenue par une chaîne européenne, face à nos journalistes Liseron Boudoul et Fabrice Amzel, qui l'ont rencontré ce mardi après-midi à Doha. "Le but est la libération de tous les civils, en particulier des civils étrangers", continue le responsable.

Le Qatar dit travailler avec la France pour libérer ses neuf ressortissants retenus en otage. "On a reçu un appel dès la première heure de ce conflit de la part des autorités françaises, affirme Mohammed Al Khulaifi. Elles cherchent l'assistance du Qatar pour faire libérer leurs citoyens. Pour nous, c'est une demande prioritaire : on discute de la situation avec les deux parties, dans l'espoir d'un résultat positif dans les prochains jours."

Des liens avec les Occidentaux et le Hamas

Le Qatar, riche de ses ressources en pétrole et en gaz, cultive une position unique sur la scène géopolitique. Ce petit pays est d'abord un allié des États-Unis, qui soutiennent la riposte armée d'Israël sur la bande de Gaza. Le chef des services secrets israéliens, David Barnea, a lui-même effectué un discret voyage à Doha ce week-end, selon les médias israéliens. Malgré cette proximité avec les pays occidentaux, l'émirat accueille aussi sur son territoire le dirigeant du bureau politique du Hamas, Ismaël Haniyeh. Ce dernier est en exil dans le pays depuis 2017, tout comme l'avait été son prédécesseur lorsqu’il était en poste. 

Pour autant, ces deux positions, a priori incompatibles, permettent en réalité de faire de l'émirat un acteur incontournable de la diplomatie entre le camp israélien et celui du Hamas. Pour chacune des parties, il apparaît comme un interlocuteur crédible. Du côté des Américains, la plus grande base de l'US Army au Moyen-Orient est installée sur son territoire. Mais le Qatar a aussi soutenu la population de la bande de Gaza ces dernières années, en lui fournissant des millions de dollars en aide humanitaire.

L'État qatari est par ailleurs souvent accusé d'avoir donné des fonds à la branche militaire du Hamas. "Il n'y a aucune preuve que le Qatar a financé un groupe terroriste, balaie le négociateur en chef. C'est pourquoi il faut surtout comprendre que notre contribution financière est dirigée vers l'aide, la nourriture, les médicaments, l'éducation, la reconstruction des infrastructures vitales de Gaza. Tout cela, sous la supervision des Nations Unies."


T.A. | Reportage : Liseron BOUDOUL et Fabrice AMZEL

Tout
TF1 Info