La Floride violemment frappée par l'ouragan Ian

Floride : comment reconstruire après l'ouragan

Publié le 4 octobre 2022 à 20h22
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

En Floride, plus d'un habitant sur cinq est un retraité, la plupart sont très modestes. Des milliers d'entre eux ont perdu leurs maisons, qui étaient leurs seuls biens, après le passage dévastateur de l'ouragan.
Que vont-ils faire, partir ou rester ?

Après six jours à nettoyer, déblayer et évaluer les dégâts, ils n'aspirent qu'à un peu de repos et de bon temps entre amis, peut-être pour la dernière fois, car ces retraités envisagent de ne pas revenir à Fort Myers Beach. "C'était notre rêve, mais c'est devenu un cauchemar. On ne sait pas ce qu'on va faire avec tout ça", déclare l'un d'eux. "Ce serait difficile pour nous de revenir. Tout est si ravagé, il n'y a plus de plage. Ça nous prendrait une éternité pour reconstruire", ajoute un autre.

Tous avaient quitté l'Ohio, le Missouri, ces États froids du nord des États-Unis, pour une retraite ensoleillée en Floride, dans un quartier résidentiel réservé exclusivement aux plus de 55 ans. Une zone si prisée qu'il fallait s'inscrire sur liste d'attente pour y acheter une habitation au bord de l'eau. Les maisons étaient estimées entre 200 000 et 500 000 euros, et leur prix avait même doublé voire triplé depuis une dizaine d'années. Sauf que d'après une étude de ces derniers, les biens immobiliers situés dans la zone du sinistre devraient, après le passage de l'ouragan Ian, perdre au moins 50% de leur valeur.

Sur le site, les constructions en dur n'étaient pas autorisées. Mais le passage de l'ouragan et la pression désormais croissante des habitants devraient changer la donne. "Si tout ça est démoli et qu'on peut construire une maison en dur, en béton sur pilotis, alors on restera. Aujourd'hui, elle est invendable, mais on reste propriétaire du terrain", déclare Lydia. Avec le changement climatique, les ouragans deviennent plus forts et plus fréquents. Or les seniors, un tiers de la population dans cette agglomération, y seraient les moins bien préparés.

TF1 | Reportage A. Monnier, M. Derrien


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info