Reçu par Emmanuel Macron ce lundi, que vient faire Viktor Orban à Paris ?

par M.L (avec AFP)
Publié le 13 mars 2023 à 11h10, mis à jour le 13 mars 2023 à 15h37

Source : TF1 Info

Le dirigeant hongrois rencontrera le président ce lundi soir à l'occasion d'un dîner de travail, quelques jours avant le Conseil européen.
Les deux responsables européens évoqueront notamment "le soutien à l'Ukraine", a annoncé l'Élysée.
Isolé sur le plan européen, Viktor Orban appelle à ménager la Russie depuis le début de la guerre.

Depuis le début du conflit en Ukraine, il navigue à contre-courant de ses partenaires européens. Le Premier ministre hongrois Viktor Orban sera reçu ce lundi soir par Emmanuel Macron pour un dîner de travail lundi avant le Conseil européen des 23 et 24 mars, a annoncé vendredi l'Élysée. "Les deux dirigeants aborderont les discussions en cours au niveau européen, notamment concernant le soutien à l'Ukraine, le renforcement de la compétitivité européenne, les questions d’énergie et le soutien à l’industrie européenne de défense", a précisé la présidence française.

"Cette rencontre sera l'occasion de réaffirmer l'importance des valeurs européennes et de  l'unité des pays européens dans leur soutien à l'Ukraine face à l'agression russe, notamment via l'application des sanctions contre la Russie", a également fait savoir l'Élysée ce lundi, à quelques heures de l'entretien. 

Viktor Orban, qui ne cesse de fustiger la "guerre indirecte" menée par l'Europe contre la Russie, a lancé fin février un nouvel appel à un cessez-le-feu dans le conflit qui ravage l'Ukraine depuis un an. Depuis le début de l'offensive russe en février 2022, le gouvernement hongrois, dont le pays est très dépendant des importations d'hydrocarbures russes, maintient une position ambiguë, se gardant de critiquer le président russe. Parmi les demandes françaises figure également "la nécessité de ratification, par la Hongrie, de l'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'Otan", ajoute l'Élysée. 

"Les questions liées à l’État de droit" également à l'ordre du jour

Le Premier ministre hongrois, qui entretenait des liens étroits avec Vladimir Poutine avant la guerre, refuse d'envoyer des armes à Kiev et fustige les sanctions européennes visant la Russie, même s'il les a votées au côté de ses partenaires. Le mois dernier, il a à nouveau prôné dans son discours annuel sur l'état de la Nation un maintien des relations économiques avec Moscou, à rebours de la ligne européenne.

"Le Président évoquera avec son homologue les questions liées à l’État de droit", a par ailleurs indiqué l'Élysée. Depuis son retour au pouvoir en 2010, le dirigeant nationaliste hongrois a progressivement mis au pas les contre-pouvoirs, qu'il s'agisse des médias ou de la justice, s'attirant régulièrement les critiques de l'Union européenne. Dans un rapport publié la semaine passée, le Conseil de l'Europe s'est dit "préoccupé" face aux propos haineux et à la "xénophobie de plus en plus présente dans le discours politique" dans le pays, visant les demandeurs d'asile, les Roms, les musulmans, et les minorités sexuelles. L'UE bloque aussi quelque 12 milliards d'euros de fonds destinés à Budapest dans l'attente de réformes anti-corruption.

En décembre 2021, Emmanuel Macron et Viktor Orban s'étaient reconnus, dans les mêmes termes, comme "adversaires politiques mais partenaires européens", à l'occasion d'une visite du chef de l'État en Hongrie. "Nous avons constaté nos désaccords" sur des sujets comme "l'État de droit, le respect des minorités, la lutte contre les discriminations et la corruption", avait notamment constaté le président français, tout en soulignant sa volonté d'alliance avec Budapest sur des sujets comme le nucléaire et la défense. 


M.L (avec AFP)

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info