VIDÉO - Funérailles de Berlusconi : à Milan, l'adieu des Italiens au "Cavaliere"

par A. Lo.
Publié le 14 juin 2023 à 16h40

Source : TF1 Info

Les funérailles d'État de Silvio Berlusconi ont débuté mercredi 14 juin à 15 heures à Milan.
Des milliers de personnes, dont de hauts responsables politiques italiens, se sont réunies pour rendre un dernier hommage à l'ancien chef du gouvernement.
Les obsèques seront suivies d'une journée de deuil national.

Milan et l'Italie disent au revoir à l'"immortel". Les funérailles d'Etat de Silvio Berlusconi, mort d'une leucémie le 12 juin à 86 ans, ont débuté ce mercredi à 15h00 dans la cathédrale de Milan. Alors que partout en Italie, les drapeaux sont en berne, la voiture-corbillard est arrivée devant le Duomo à 13h00. Le cercueil, surplombé de fleurs blanches, rouges et vertes, a ensuite été porté à l'intérieur, sous les applaudissements d'une foule d'admirateurs, dont des supporters de l'AC Milan, venus spécialement pour l'occasion.

Des milliers d'admirateurs et les plus hauts responsables politiques

Sous un soleil de plomb, des milliers de personnes agglutinés derrière des barrières qui les séparaient du parvis de la cathédrale ont scandé "Silvio", "Berlusconi président" ou encore "Merci, tu es l'unique !". Elles ont par la suite suivi la cérémonie, retransmise sur deux écrans géants positionnés sur la place de la capitale lombarde et le parvis de la cathédrale.

À l'intérieur de la cathédrale milanaise, les plus hauts responsables politiques de la péninsule ont assisté à la cérémonie. Le président de la République Sergio Mattarella, la cheffe du gouvernement Giorgia Meloni et ses deux vice-Premiers ministres, Matteo Salvini et Antonio Tajani - numéro deux de son parti Forza Italia -, étaient présents. Elly Schlein, cheffe du Parti démocrate, et l'ancien chef du gouvernement de centre-gauche Matteo Renzi, ont représenté, entre autres, l'opposition de gauche et centre-gauche.

Quelques dignitaires étrangers avaient également fait le déplacement. La Commission européenne était représentée par son commissaire à l'Economie, l'Italien Paolo Gentiloni, ex-chef de l'exécutif à Rome. Figurait aussi l'émir du Qatar, Cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, le président irakien, Abdel Latif Rachid et le Premier ministre hongrois Viktor Orban.

Ces funérailles d'Etat, prévues par le protocole, sont accompagnées d'une journée de deuil national, une première pour un ex-Premier ministre et qui n'a pas été du goût de tous. "Les funérailles d'Etat sont prévues et c'est juste, mais le deuil national pour une personne clivante comme Silvio Berlusconi me semble un choix inopportun", a ainsi déclaré Rosy Bindi, ex-ministre de gauche dans le gouvernement Prodi II (2006-2008) à la radio publique.


A. Lo.

Tout
TF1 Info