Le WE

REPORTAGE - Ces Russes qui refusent de combattre et fuient par la Géorgie

TF1 | Reportage Esther Lefebvre, Pauline Lormant
Publié le 26 septembre 2022 à 14h16
JT Perso

Source : JT 20h WE

En Russie, les hommes qui veulent échapper à la mobilisation fuient toujours le pays par milliers.
Des candidats à l'exil qui se tournent principalement vers la Géorgie.
Les envoyés spéciaux de TF1 se sont rendus au seul poste-frontière entre les deux pays.

À vélo, à pied ou en voiture, les Russes que montre la vidéo du 20H de TF1 ci-dessus viennent de crapahuter des dizaines d'heures pour franchir l'unique poste-frontière avec la Géorgie. Mais devant notre caméra, leur soulagement n'est pas encore total. "Je ne veux pas que ça soit diffusé dans le monde entier. Il n'y a rien de bon chez nous, lâche l'un d'eux. Tout le monde est appelé dans l'armée en Russie." Leur crainte, les services de renseignements russes : "Le KGB voit tout, je ne plaisante pas". 

"Si je n'avais pas peur, je ne serais pas ici"

Ceux que croise l'équipe de TF1 sont surtout de jeunes hommes. Ils disent ne pas être mobilisés pour l'heure, mais préfèrent prendre les devants au cas où les frontières se refermeraient. A l'image de ce jeune musicien, qui a fait son service militaire et se doute qu'il sera bientôt sur la liste. 

Lire aussi

Contrôle des passeports, entretien poussé... Pendant quinze minutes, un groupe de jeunes interrogé plus loin par l'équipe de TF1 a eu droit à une leçon de morale : "Ils nous ont un peu rudoyés en nous disant par exemple 'vous ne méritez pas d'être citoyens russes', 'ce pays a besoin de vous, vous devriez rester. Mais ils ne nous ont pas arrêtés'. Pour les milliers des Russes qui arrivent chaque jour, le premier réflexe est d'acheter un forfait téléphonique pour rassurer leurs proches. Tous le savent, les sanctions contre les déserteurs viennent d'être alourdies, jusqu'à dix ans de prison. "Si je n'avais pas peur, je ne serais pas ici, dit l'un d'eux. Je suis parti de Russie en me disant que peut-être, je ne reviendrai jamais".

Ces arrivées massives inquiètent les Géorgiens, encore traumatisés par l'invasion russe il y a quatorze ans.


TF1 | Reportage Esther Lefebvre, Pauline Lormant

Tout
TF1 Info