Pêche post-Brexit : le torchon brûle entre la France et le Royaume-Uni

Guerre de la pêche : "On ne va pas toujours se laisser faire", déplorent des pêcheurs français

La rédaction de LCI
Publié le 31 octobre 2021 à 17h00, mis à jour le 31 octobre 2021 à 17h09
JT Perso

Source : JT 13h WE

CONFLIT - Emmanuel Macron et Boris Johnson se sont rencontrés en marge du G20 à Rome afin de tenter de trouver une solution au conflit qui oppose les deux pays concernant la pêche. Une rencontre suivie de très près par les premiers concernés, les pêcheurs français.

Alors que ce dimanche est un jour de repos pour les pêcheurs du Pas-de-Calais, impossible pour Laurent Merlin de penser à autre chose qu'à son travail. Ce dimanche matin, quelques heures avant la rencontre entre Emmanuel Macron et Boris Johnson sur le sujet, ce patron d'un fileyeur de 11,96 mètres attend inlassablement une annonce qui pourrait prédire une amélioration de sa situation.  "On ne peut plus tenir longtemps", confie-t-il, fortement impacté par l'interdiction de pouvoir pêcher dans les eaux britanniques. 

Les pêcheurs espèrent au moins "un accord"

Il n'est pas le seul. Dans les Hauts-de-France, sur 80 demandes de licences de pêche, seules 35 ont été accordées, selon le président du comité régional des pêches maritimes et des élevages maritimes de la région, Olivier Lepretre. Or cette autorisation est indispensable pour les pêcheurs, mais aussi pour tous les professionnels du secteur. 

En effet, les poissonniers manquent de produits. Alors que la saison de la sole et des encornets bat normalement son plein, ces poissons sont ainsi très rares sur les étals. Cela oblige donc les vendeurs à augmenter leurs prix. "Avant, l'encornet, on arrivait encore à le vendre à moins de dix euros, maintenant, c'est toujours au-dessus", démontre ainsi Lysiane Dournel.

En Normandie, on constate la même inquiétude et la même attente. Les pêcheurs espèrent "un accord au moins, pour que tout le monde soit content". À Port-en-Bessin-Huppain (Calvados), les familles de marin ne supportent plus ces querelles permanentes. "Tout le weekend dernier, les bateaux anglais ont pêché là", fustige ainsi Marie-Christine Lecornu, mère et femme de pêcheur, ajoutant, "ça risque de faire des tensions, on ne va pas toujours se laisser faire".

Tous souhaitent maintenant que la situation se débloque rapidement. La France a notamment menacé le Royaume-Uni d'interdire que les navires de pêche britanniques puissent débarquer leur cargaison dans les ports français si le nombre de licences n'augmentait pas d'ici mardi. 

À la sortie de l'entretien entre Emmanuel Macron et Boris Johnson dimanche, le président français a appelé à la "désescalade".  Le Premier ministre britannique est cependant, lui, restait ferme et insistait plutôt sur le retrait des menaces de représailles de Paris.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info