Une entreprise australienne a confirmé l'usage en Ukraine de ses drones "low cost".
Fabriqués en carton, ils permettent de livrer du matériel léger ou d'effectuer des missions de surveillance.

Du low cost dans l'arsenal de Kiev. Des drones en carton seraient actuellement utilisés dans la guerre en Ukraine, a révélé le 2 mars l'entreprise australienne SYPAQ qui les fabrique. Malgré leur usure rapide, ces appareils offriraient de nombreux atouts à l'armée ukrainienne.

Ces drones, appelés Corvo, ont été initialement élaborés pour faire du transport et du largage de matériels légers, comme l'explique la revue Air & Cosmos. Notamment pour aider des soldats isolés, qui ont besoin de munitions, ou une trousse de premiers secours. Si l'armée de Kiev a utilisé les engins pour ce type de missions, d'autres avantages ont rapidement été découverts. En particulier pour faire du renseignement ou de la reconnaissance mais également pour bombarder des positions.

"Ces drones ont tous les avantages"

"Le carton ne coute absolument rien", explique sur LCI ce jeudi Xavier Tytelman, ancien aviateur militaire. Si le fabricant se refuse à dévoiler le prix de cet "avion en papier", le magazine Forbes évoquent "quelques milliers de dollars".

Selon ce spécialiste chez Air & Cosmos, ces drones se révèlent "indétectables aux radars", notamment en raison de l'absence de chaleur, puisqu'ils sont propulsés par des moteurs électriques. Autonome, il serait insensible aux opérations de brouillage des fréquences radios menés par les Russes dans le ciel ukrainien. "Ils ont tous les avantages. On peut en faire des centaines, cela coûte moins cher qu'un obus", a ajouté l'aviateur.

En raison du conflit, SYPAQ, qui est dirigé par un vétéran des Forces aériennes australiennes, n'a dévoilé que très peu d'informations sur les caractéristiques de ses drones. L'entreprise australienne a néanmoins fait savoir qu'ils pouvaient être lancés à la main ou depuis une plateforme très légère, et qu'ils sont dotés d'une autonomie de 120km.

Selon Air & Cosmos, le montage de l'appareil est un jeu d'enfants : "Il faut simplement retirer de la plaque de carton les divers éléments avec un couteau et ensuite construire le drone à l'aide de colle, de ruban adhésif et quelques élastiques." Il peut être piloté depuis une tablette Android. Principal bémol : sa matière première, puisque le carton ne résiste guère aux intempéries.


T.G.

Tout
TF1 Info