Invasion russe en Ukraine : Poutine refuse de céder

Mykolaïv et Marioupol villes martyres, missiles hypersoniques tirés... le point sur la situation en Ukraine

Y.R. avec AFP
Publié le 20 mars 2022 à 8h39, mis à jour le 20 mars 2022 à 10h29
JT Perso

Source : JT 20h WE

Au 25e jour du conflit armé en Ukraine, les villes de Mykolaïv et Marioupol sont sous les bombes.
Depuis Kiev, Volodymyr Zelensky continue d'appeler à des pourparlers de paix sérieux.
Les faits marquants de ces dernières 24 heures.

Les combats s'étendent et redoublent d'intensité. Samedi 19 mars, au 25e jour de l'invasion militaire russe en Ukraine, l'Ukraine s'est enfoncée un peu plus dans une guerre totale. La situation a empiré sur le front. Les villes de Mykolaïv et Marioupol ont subi de nombreux raids aériens de la part de Moscou, à l'image d'une caserne militaire pilonnée, où ont été dénombrés des dizaines de morts. Sur place, les survivants de ces bombardements d'une violence inouïe côtoient la faim, la soif, le froid et la mort. 

Pour la première fois dans ce conflit armé, la Russie a dit avoir utilisé en Ukraine des missiles hypersoniques, un engin furtif que Vladimir Poutine qualifie lui-même d'"invincible". Preuve, s'il le fallait, de l'accélération de l'offensive russe. Face à cette amplification des frappes ennemies, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky continue de tenir tête au Kremlin, appelant à des pourparlers de pays sérieux et pressant la Chine, allié stratégique de Moscou, à condamner "la barbarie russe"

Lire aussi

Des missiles hypersoniques tirés pour la première fois. Le ministère russe de la Défense a affirmé avoir utilisé des missiles Kinjal pour détruire un entrepôt souterrain d'armements dans l'ouest de l'Ukraine. Ce type d'engin est capable de défier tous les systèmes de défense anti-aérienne, selon Moscou. "Le 18 mars, le complexe aéronautique Kinjal avec ses missiles balistiques hypersoniques a détruit un important entrepôt souterrain de missiles et de munitions de l'aviation de l'armée ukrainienne dans la localité de Deliatine, dans la région d'Ivano-Frankivsk", a annoncé le porte-parole du ministère, Igor Konachenkov. 

Selon l'agence d'État russe Ria Novosti, ce serait une première dans ce conflit armé. "L'Ukraine est malheureusement devenue un terrain d'essai pour tout l'arsenal russe de missiles", a déclaré le porte-parole des forces aériennes ukrainiennes. 

Nombreux raids meurtriers sur Mykolaïv. Les raids aériens russes se sont succédé à un rythme rapide sur cette ville du sud de l'Ukraine, le conseiller du maire de cette ville portuaire du Sud-Est, qui se trouve depuis plusieurs jours sous le feu nourri de l'armée russe. Des dizaines de personnes ont été tuées dans l'attaque d'une caserne militaire, vendredi. Les Russes "ont lâchement effectué des frappes de missiles contre des soldats qui dormaient", a déclaré le gouverneur régional, Vitaly Kim, dans une vidéo publiée sur Facebook, sans communiquer le nombre de victimes éventuelles. "Pas moins de 200 soldats dormaient dans les baraquements", a raconté un militaire, interrogé par l'AFP, selon lequel "au moins 50 corps ont été extraits". Un bilan qui serait encore provisoire.

Situation "catastrophique" à Marioupol. "Il ne reste plus un seul bâtiment debout à Marioupol", a expliqué sur LCI Petro Andrushenko, le conseiller du maire de cette ville portuaire du Sud-Est, qui se trouve depuis plusieurs jours sous le feu nourri de l'armée russe. Kiev a admis avoir perdu l'accès à la mer d'Azov. L'armée russe a affirmé vendredi avoir réussi à entrer dans la ville, et y mener des combats. Selon un conseiller du ministère ukrainien de l'Intérieur, la situation y est "catastrophique"

"Nous allons défendre la ville jusqu'au bout", affirme Petro Andrushenko, conseiller du maire de MarioupolSource : TF1 Info
JT Perso

La Chine, allié stratégique de Moscou, mise sous pression

Un appel à des pourparlers de paix "significatifs". Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a jugé qu'il était temps pour Moscou d'accepter de se "réunir" pour "discuter" sérieusement de paix afin d'éviter à la Russie des conséquences "sur plusieurs générations". "Des négociations portant sur la paix et la sécurité pour l'Ukraine sont la seule chance pour la Russie de minimiser les dégâts causés par ses propres erreurs", a-t-il déclaré dans une vidéo, filmée de nuit dans une rue déserte.

   

Kiev appelle Pékin à condamner la "barbarie russe". L'Ukraine a appelé la Chine à se joindre aux Occidentaux, alors que Pékin n'a jusqu'ici jamais officiellement critiqué l'attaque russe. "La Chine peut être un élément important du système de sécurité mondial si elle prend la bonne décision de soutenir la coalition des pays civilisés et de condamner la barbarie russe", a tweeté Mykhaïlo Podoliak, un conseiller de la présidence, qui participe aux négociations pour mettre fin à la guerre avec la Russie. 

Zelensky s'en prend à Nestlé et aux banques suisses. Avant de s'exprimer devant les députés et sénateurs français, mercredi 23 mars, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, s'est adressé à des milliers de personnes massées devant le Parlement suisse. Dans une adresse vidéo en direct de Kiev, il a blâmé les entreprises qui, comme Nestlé, poursuivent leurs activités en Russie. "'Bien manger. Bien vivre', c'est le slogan de Nestlé. Votre compagnie qui refuse de quitter la Russie. Même maintenant, quand la Russie menace d'autres pays européens. Pas seulement nous", a-t-il lancé, traduit en allemand, avant de s'attaquer aux banques, où se trouvent les avoirs des proches du Kremlin. "L'argent des gens qui ont lancé cette guerre est dans vos banques. Aidez-nous à lutter contre ça. Pour que ces fonds soient gelés", a-t-il plaidé.

Le Japon pousse l'Inde à agir. Le Premier ministre japonais, Fumio Kishida, en visite à New Delhi, a pressé son homologue indien, Narendra Modi, de changer de ton vis-à-vis de Moscou, avec qui l'Inde entretient des liens étroits depuis la Guerre froide. Contrairement au Japon, l'Australie et les États-Unis, autres membres de l'alliance du "Quad", l'immense pays du sud de l'Asie s'est abstenue lors des votes de trois résolutions à l'ONU condamnant l'opération militaire russe. Après des discussions "de fond", selon le chef du gouvernement japonais, la déclaration écrite conjointe s'est toutefois bornée à un appel à "un arrêt immédiat de la violence" et à dire "qu'il n'y a pas d'autres choix que la voie du dialogue et de la diplomatie pour la résolution du conflit".

Guerre en Ukraine : exil des Ukrainiens, entre inquiétude et soulagementSource : JT 20h WE
JT Perso

Toujours plus d'Ukrainiens fuient leur pays. Plus de 3,3 millions de personnes ont quitté l'Ukraine depuis l'invasion russe, le 24 février dernier, ont fait savoir les Nations unies, tandis que près de 6,5 millions de personnes seraient déplacées à l'intérieur du pays. Environ 90% des réfugiés sont des femmes et des enfants. Les hommes, âgés de 18 à 60 ans, peuvent être mobilisés et doivent rester sur place. La Première dame ukrainienne, Olena Zelenska, a appelé le Conseil œcuménique des Églises, une organisation représentant 580 millions de chrétiens à travers le monde, à contribuer à organiser de "véritables couloirs humanitaires".


Y.R. avec AFP

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info