DOCUMENT LCI - "La défaite était écrite d'avance", un soldat ukrainien raconte l'enfer d'Avdiivka

par F.S.
Publié le 20 février 2024 à 17h39, mis à jour le 21 février 2024 à 16h24

Source : TF1 Info

Viktor fait partie des soldats ukrainiens qui se sont retirés de la ville d'Avdiivka, à l'est de l'Ukraine.
Il raconte au micro de LCI l'enfer des combats face aux troupes russes.
Ce rescapé qui a perdu six camarades regrette avant tout le manque de munitions et d'organisation.

Il se dit chanceux d'être sur ses deux jambes. Mais son sourire est marqué à vie, au sens propre comme au figuré. Car c'est avec une cicatrice qui lui paralyse la bouche et les yeux pleins de détresse que Viktor témoigne ce mardi 20 février. Devant la caméra de LCI, le soldat ukrainien de 26 ans revient sur l'enfer d'Avdiivka face aux troupes russes. 

600 jours dans la ville forteresse d'Avdiivka

Cela faisait plus de 600 jours que le jeune soldat de la 110è brigade mécanisée était dans la ville tombée dans les mains des Russes ce samedi. Déployé depuis le premier jour de l'invasion russe, il a résisté aux assauts, donnant à l'ancien fleuron industriel la réputation de "forteresse". Avant de voir les combats s'intensifier et le rapport de force changer à mesure que les munitions s'amenuisaient. Si bien que la défaite était "écrite d'avance", comme le regrette le soldat. C'est donc désormais avec une certaine amertume qu'il regarde les vidéos de l'ennemi filmées dans ce qui était autrefois sa chambre.

Mais certaines séquences sont plus difficiles que d'autres. Comme celle, diffusée par l'armée russe, sur laquelle apparaissent des corps ensanglantés. Ces victimes, ce sont ses anciens camarades de combat. Au moins six d'entre eux sont morts sur sa position, au dernier jour des combats. Un ordre d'évacuation trop tardif, aux yeux de Viktor, tant le retrait était prévisible. "L'ennemi était objectivement en train d'attendre notre départ, puisqu'il savait qu'on allait se retirer", témoigne-t-il dans la vidéo en tête de cet article. "Dès que le premier groupe est sorti, les drones de nuit ennemis ont commencé à voler constamment au-dessus de nos têtes. Immédiatement, l'artillerie a suivi et le premier groupe a été éliminé." 

L'INFO EN GRAND - Avdïivka aux mains des Russes : une prise stratégique ou symbolique ?Source : TF1 Info

Son souvenir le plus douloureux, ce sont tous ces frères d'armes, gravement blessés pendant l'évacuation et laissés derrière. Un ordre venu directement du chef de bataillon. "Il ne comprenait pas dans quelle situation nous étions. Il nous a ordonné de laisser les blessés et de brûler tout le matériel avant le départ." C'est la boule au ventre mais avec l'espoir de le retrouver que Viktor a par exemple laissé Zora, un blessé grave, dans Avdiivka. Avant de découvrir dans une vidéo diffusée par Moscou qu'il était mort. 


F.S.

Tout
TF1 Info