Ukraine : onze mois de guerre

VIDÉO - LCI aux côtés des combattants russes qui ont décidé rallier l'Ukraine

M.L
Publié le 3 décembre 2022 à 10h55
JT Perso

Source : TF1 Info

Des combattants russes, opposés à l'offensive du Kremlin, ont décidé de rallier le commandement ukrainien.
Anciens soldats, exilés russes ou opposants politiques, ils combattent désormais sous les couleurs de l'Ukraine dans la région de Bakhmout.
LCI est allée à leur rencontre.

À bord d'un blindé, plusieurs légionnaires d'une unité baptisée "Freedom of Russia" ("Liberté à la Russie") acheminent une poignée de journalistes vers ce qu'ils présentent comme le poste de commandement, à deux kilomètres du front, dans les environs de Bakhmout, dans la région de Donetsk. Un déplacement sous haute sécurité : "Les services secrets russes font tout pour nous traquer", lance l'un des légionnaires à l'avant du véhicule, complètement cagoulé, dans le reportage de LCI à retrouver en tête d'article. Et pour cause, ces soldats russes ont abandonné leurs bataillons pour rallier ceux de l'Ukraine. 

Placée désormais sous le commandement de Kiev, cette division qui revendique environ 500 combattants lutte contre les forces russes dans la région de Bakhmout, où Moscou multiplie ces derniers jours les offensives. Parmi eux, d'anciens soldats, qui ont déserté au début du conflit, mais aussi des exilés russes qui s'engagent par indignation. "Ce sont eux (les Russes) qui ont envahi l'Ukraine, ce sont eux les ennemis. J'ai été à Boutcha et Irpin, j'ai vu tout ce qu'ils ont fait là-bas", s'emporte Tihiy, en référence à des localités de la région de Kiev, dans lesquelles l'armée russe est accusée d'avoir commis des exactions

Je ne reviendrai en Russie qu'avec les armes, ou dans un cercueil

Ce changement de camp implique de lourds sacrifices pour les soldats. "Je n'ai plus de contact avec mes proches, j'ai arrêté il y a un moment. (...) Ceux avec qui j'étais en contact avant m'ont dit : 'Ne t'inquiète pas, nous allons te libérer bientôt'. Après ça, j'ai coupé les ponts parce que ces personnes tiennent le même discours que la propagande", poursuit le légionnaire. "Je ne reviendrai en Russie qu'avec les armes, ou dans un cercueil. Je n'ai pas le choix", confie Caesar, un autre combattant, dans le second reportage ci-dessous.

Soldats russes, ils se battent aux côtés des UkrainiensSource : TF1 Info

Certains s'engagent aussi pour des raisons politiques, étant opposés au pouvoir de Vladimir Poutine. En signe de soutien, Ilia Ponomarev s'est rendu sur place. Cet ancien député avait voté contre l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014. Sur son épaule, il arbore un drapeau russe redessiné, avec deux bandes blanches ceinturant un trait bleu, mais sans bande rouge. "C'est comme le drapeau russe, mais on a retiré le sang", commente Caesar.

Lire aussi

Pour intégrer ce bataillon, les aspirants sont confrontés à une procédure de vérification très sérieuse, pour s'assurer qu'il ne s'agit pas d'espions. Par cette opération de communication, "Freedom for Russia" espère d'ailleurs recruter davantage, mais aussi donner tort à la propagande du Kremlin, qui la présente comme une fausse unité créée de toutes pièces par l'armée ukrainienne. 


M.L

Tout
TF1 Info