Guerre en Ukraine : pour les civils, la fuite ou le chaos

Guerre en Ukraine : le Conseil de l'Europe alerte sur le risque de trafic de réfugiés

Idèr Nabili
Publié le 17 mars 2022 à 14h38
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Selon le Conseil de l'Europe, les millions de personnes qui fuient la guerre en Ukraine sont vulnérables face aux réseaux de trafic d'être humains.
Beaucoup d'enfants seraient déjà introuvables, souligne l'organisation de défense des droits de l'homme.

La guerre en Ukraine risque-t-elle de nourrir le trafic d'êtres humains ? C'est en tout cas ce que craint le Conseil de l'Europe. Ce jeudi, l'organisation intergouvernementale de défense des droits de l'homme alerte contre le risque pour les réfugiés ukrainiens, fuyant l'invasion de leur pays par la Russie, de tomber dans des réseaux de trafic d'êtres humains. Le Conseil de l'Europe exhorte ses États membres à les protéger "de toute urgence".

Selon le Groupe d'experts sur la lutte contre la traite des êtres humains du Conseil (Greta), "le flux de réfugiés en Europe connaît sa plus importante augmentation depuis la Seconde Guerre Mondiale". Depuis le 24 février et le début de l'invasion, "environ trois millions de personnes ont été contraintes de fuir l'Ukraine, pour se réfugier dans les pays voisins puis à travers l'Europe", rappelle-t-il dans un communiqué, selon lequel "90% d'entre eux seraient des femmes et des enfants".

En dépit du soutien "considérable" proposé par les États et la société civile en Europe, "le flux sans précédent de personnes pose d'importants problèmes logistiques à la fois pour les institutions publiques et pour les organisations humanitaires", souligne l'organisation. Les "enfants fuyant l'Ukraine sans parents", notamment, seraient ciblés par des trafiquants, "et beaucoup d'entre eux sont actuellement introuvables", s'émeuvent les experts du Greta.

"Risque très élevé pour les mineurs non accompagnés d'être victimes de criminels"

Mardi dernier, la commissaire aux Affaires intérieures de l'UE, Ylva Johansson, s'était déjà inquiétée du sort de ces enfants. "Dans ces situations, nous savons qu'il y a un risque très élevé pour les mineurs non accompagnés d'être victimes de criminels", avait-elle mis en garde au Parlement européen, à Strasbourg.

"Les personnes fuyant la guerre sont physiquement et psychologiquement affaiblies", "fortement susceptibles de devenir la proie des criminels", souligne également la présidente du Greta, Helga Gayer. "Des mesures urgentes doivent être prises pour renforcer la coordination aux frontières et dans les structures d'accueil", ajoute-t-elle, appelant les autorités des États concernés à "prendre des mesures pour empêcher les offres frauduleuses de transport, d'hébergement et de travail".

Lire aussi

Le Greta insiste encore sur la "vulnérabilité" des personnes contraintes de fuir après "l'annexion illégale" en 2014 de la Crimée par la Russie et par le conflit au Donbass. Leurs difficultés "sont aggravées par l'offensive militaire actuelle, qui leur fait courir un risque encore plus important de revictimisation".


Idèr Nabili

Tout
TF1 Info