Poutine décrète la "mobilisation partielle" : début de contestation en Russie ?

Guerre en Ukraine : Meta dans la liste russe des organisations "terroristes et extrémistes"

Publié le 11 octobre 2022 à 15h00
JT Perso

Source : LCI MIDI

La Russie a désigné officiellement le géant américain Meta comme organisation "terroriste et extrémiste".
Facebook comme Instagram sont des réseaux sociaux prisés par ceux qui s'opposent à Poutine.

Meta a été classé parmi les organisations "terroristes et extrémistes" du service russe de surveillance financière, a constaté mardi l'AFP sur le site internet de cet organisme gouvernemental. En mars, Meta avait été déclaré "extrémiste" par un tribunal russe et ses deux réseaux sociaux phares, Instagram et Facebook, bloqués en Russie. Une décision qui pourrait permettre la possibilité de poursuites judiciaires renforcées contre ses utilisateurs dans le pays. 

C'est là où sont les gens qui sont contre Poutine, ils sont sur les réseaux sociaux

Olivier Védrine, du "Russian Monitor"

"C'est là où sont les gens qui sont contre Poutine, ils sont sur les réseaux sociaux, explique Olivier Védrine, rédacteur en chef de Russian Monitor, un journal d’opposition. Ils ne regardent pas la télévision parce qu'ils savent que ce sont des conneries. Ceux qui regardent la télévision, sont 40% de retraités russes qui soutiennent à fond Poutine, tout comme les militaires et les fonctionnaires qui survivent grâce au système."

Des poursuites judiciaires contre les utilisateurs

Sur la messagerie Telegram, toujours autorisée dans le pays, l'avocat réputé Pavel Tchikov a indiqué mardi que des poursuites pourraient être engagées dans plusieurs cas : si une personne mentionne publiquement Meta sans indiquer son statut d'organisation interdite, ou si elle montre le logo de la société et de ses filiales.

Par ailleurs, selon cet avocat cité par l'AFP, les entreprises russes qui utiliseraient les réseaux sociaux de Meta pour diffuser des publicités, ou travailleraient avec ces applications, pourraient également être accusées de participation à une organisation "extrémiste".


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info