Annexions, mobilisation... Poutine choisit l'escalade

Guerre en Ukraine : que peut faire la communauté internationale ?

Publié le 24 février 2022 à 20h36, mis à jour le 25 février 2022 à 0h12
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Quel mot pour décrire cet acte de guerre contre un pays indépendant et démocratique ?
Face à cette situation sans précédent en Europe, de très nombreux dirigeants ont réagi.
Quelle peut-être la riposte concrète à cette violation du droit international ?

Ce jeudi soir, le président américain, Joe Biden a choisi ses mots pour condamner l’invasion de l’Ukraine. La Russie, a-t-il dit, en subira donc toutes les conséquences avec une série de mesures pour assécher l’économie russe. Toute la journée et dans toutes les langues, un peu partout en Europe, les manifestations se sont multipliées, chacune à sa manière et avec ses mots, et dès le milieu de la nuit, devant les ambassades russes à Londres ou à Washington.

Un peu partout dans le monde, les condamnations se sont multipliées : le ministre hongrois des Affaires étrangères, le Premier ministre néerlandais, le chancelier allemand, ou le numéro un japonais. Les visages des dirigeants finlandais ou allemand expriment aussi leur inquiétude.

Et en deux interventions au Conseil de l’Europe, au siège de l’Otan, ce jeudi matin, se lisent le désarroi et l'abattement de la présidente de la Commission européenne. Ses mots sont sans équivoque. Sans équivoque aussi, les mots du Premier ministre britannique. Seule la Chine ne condamnera pas l’intervention.

Vers quatre heures du matin, l’offensive russe a surpris le monde entier. Le Conseil de sécurité de l’ONU tenait en urgence un débat sur la situation. Un débat rapidement interrompu par le représentant ukrainien. Un échange tendu avec l’ambassadeur russe s’est engagé.

Toute la journée, les concertations entre alliés se sont poursuivis : Conseil de défense à l'Élysée, G7, réunion de l’Otan vendredi pour trouver des réponses appropriées. Pas d’intervention militaire mais des sanctions économiques sévères et déterminantes. La Maison Blanche a donc promis des sanctions dévastatrices et une coopération renforcée avec les pays de l’Otan. Pas d’intervention militaire, mais toutes les mesures pour atteindre l’économie russe et les oligarques, les proches du président Vladimir Poutine.

T F1 | Reportage L. Hauben


La rédaction TF1 Info

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info