Dans le Donbass, la bataille a été qualifiée de "douloureuse et difficile" par le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, dans son point quotidien de dimanche.
Les armes sont notamment la priorité des forces ukrainiennes pour résister aux assauts russes.
À Donetsk, un mortier français a été ainsi déployé.

Dans la bataille "douloureuse et difficile", selon les termes du président ukrainien, Volodymyr Zelensky, qui fait actuellement rage pour reconquérir le Donbass, certaines divisions ukrainiennes sont équipés d'armes bien particulières. La 10e brigade, déployée du côté de Donetsk, utilise ainsi un mortier lourd français, le MO 120 RT, comme le montre le reportage de LCI visible en tête de cet article.

Une portée de 7 à 13 kilomètres

Cette arme permet de neutraliser une position russe en cas d'assaut. "Maintenant, c'est beaucoup plus facile qu'avant, leurs forces principales se sont déplacées vers Bakhmout. Parfois, l'ennemi tente d'attaquer nos positions en petit groupe avec de l'artillerie, plusieurs fois par jour, même avec l'aviation. Mais c'est bien, nous tenons bon", décrit Sergiy, soldat membre de la brigade.

Mise en service en 1973, l'arme a été déployée sur de précédents conflits, comme la guerre du Golfe, au Liban ou encore au Mali. Avec un point de 600 kilogrammes et un calibre de 120 millimètres, la portée maximale du mortier, selon les munitions, est de 7 à 13 kilomètres. "Les cibles sont différentes, cela dépend des jours. Les Russes se cachent, mais le mortier est efficace pour toucher les abris et les maisons", explique Ivan, également membre de la 10e brigade. 

Au printemps, l'Ukraine devrait recevoir par la France et l'Italie un système de défense anti-aérienne d'une portée d'environ une centaine de kilomètres. Face à la demande insistante des Ukrainiens pour des armes, l'Occident s'est par ailleurs décidé en janvier à livrer des blindés lourds à Kiev. L'envoi d'avions à l'Ukraine, autre tabou, pourrait également advenir.


A. Lo.

Tout
TF1 Info