Guerre en Ukraine : pour les civils, la fuite ou le chaos

VIDÉO - Ukraine : Valéria, 20 ans, raconte sur TikTok sa vie dans un abri anti-bombes

Virginie Fauroux | Reportage TF1 : Delphine Sitbon
Publié le 10 mars 2022 à 9h39
JT Perso

Source : TF1 Info

Des Ukrainiens partagent sur les réseaux sociaux leur difficile quotidien sous les bombes.
C'est le cas de Valéria, 20 ans, apprentie photographe qui utilise TikTok comme une sorte de journal intime.
Ses vidéos récoltent des millions de vues.

Témoigner coûte que coûte. Malgré la peur et les bombes. Et pourquoi ne pas le faire avec les musiques, le langage et les codes du réseau social TikTok, surtout quand on n'a que 20 ans ? Valéria vit à Tchernihiv, dans le nord de l’Ukraine. Sa ville, ciblée par les Russes, se transforme peu à peu en champ de ruines. Et les sirènes de la défense antiaérienne rythme désormais ses journées qu'elle passe dans un abri souterrain avec ses parents. "Là, je suis à l'étage de notre abri anti-bombes. Ici, il y a un frigo avec de la nourriture ; des choses simples, du lait, des œufs", raconte-t-elle dans la vidéo du JT de 20H de TF1 en tête de cet article. 

Des millions de vues

Il y a seulement trois semaines, son quotidien était pourtant radicalement différent. Elle partageait sur internet des vidéos de vacances ou de soirées entre copines, sur son compte @valerisssh, où elle est suivie par plus de 500.000 personnes. Aujourd'hui, bloquée sous terre, elle montre les dures réalités de la guerre : immeubles éventrés, rayons de supermarché vides, ville déserte… Et non sans une pointe d'humour, elle dévoile son quotidien avec sa mère qui parvient tant bien que mal à faire des crêpes sur un petit réchaud, tandis qu'autour d'un plat de pâtes, elle s'imagine en Italie. 

Lire aussi

Certaines de ses vidéos atteignent 29 millions de vues. Mais la jeune femme n'en a cure ; elle essaie juste de se changer les idées. "J'essaie de m'occuper pour ne pas trop ruminer à propos de la guerre, mais à l'intérieur ça me détruit complétement. C'est choquant pour mon cerveau de fille de 20 ans", dit-elle. Valéria n'a qu'un seul souhait : devenir photographe et voyager aux États-Unis avec sa famille. Les rêves d'une jeune fille de son âge mis pour le moment en suspens à cause de la guerre. 


Virginie Fauroux | Reportage TF1 : Delphine Sitbon

Tout
TF1 Info